NOUVELLES

FTQ : Henri Massé nie avoir tenté d'étouffer l'affaire des dépenses de Jocelyn Dupuis

04/10/2013 02:39 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST
SRC

L'ancien président de la FTQ Henri Massé se défend d'avoir essayé de limiter les dégâts quant à l'affaire des allocations de dépenses de Jocelyn Dupuis, l'ex-directeur général de la FTQ-Construction.

Cette semaine, à la commission Charbonneau, le syndicaliste Ken Pereira a révélé qu'Henri Massé lui avait ordonné de ne plus parler de vol concernant les dépenses de Jocelyn Dupuis. Selon le témoignage de M. Pereira, Henri Massé lui aurait dit qu'il avait aussi parlé aux directeurs de l'organisation, et que dorénavant, plus personne ne parlait de vol.

En entrevue à RDI, Henri Massé, qui a présidé la FTQ de 1998 à 2007, a affirmé avoir été là pour « régler une chicane politique ». À son arrivée dans le décor, a-t-il dit, tout était sur la place publique et qu'il n'y avait rien à camoufler.

Jocelyn Dupuis n'a rien volé, défend Henri Massé

Henri Massé se dit « profondément convaincu que Jocelyn Dupuis n'a rien volé ».

« On peut appeler ça du laxisme. Ça s'est mal fait. Il y a une maudite différence entre ça et voler. Le vol, c'est dire je vais m'en mettre dans les poches. Alors que si on fait des dépenses un peu excessives, des repas un peu trop chers, c'est une autre affaire », a-t-il précisé.

L'émission Enquête, qui a analysé en 2009 des documents de dépenses de Jocelyn Dupuis, présentait toutefois un portrait très différent. Les journalistes ont notamment découvert que M. Dupuis avait signé lui-même plusieurs reçus de restaurants au nom de « Claudette » et « Linda » pour réclamer d'importantes sommes à la FTQ-Construction. « Claudette » n'a jamais existé et « Linda », qui doute des montants indiqués, affirme ne pas avoir signé ces factures.

Entre décembre 2007 et mai 2008, l'ex-DG de la FTQ-Construction a réclamé une moyenne de 4753 $ par semaine en repas au restaurant.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref