POLITIQUE

Équilibre budgétaire: le taux d'inflation affecte les revenus du Québec

04/10/2013 03:32 EDT | Actualisé 04/12/2013 05:12 EST
Alamy

MONTRÉAL _ Même si le gouvernement Marois dit pratiquer une saine gestion des finances publiques, la faible croissance de ses revenus le forcera vraisemblablement à repousser son objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2013-2014.

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a indiqué, vendredi à Montréal, que le faible taux d'inflation au Québec était principalement à l'origine de la faiblesse de la croissance des revenus de l'État.

En marge d'un discours au Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), M. Marceau n'a pas confirmé qu'il abandonnait son objectif, mais il a dit qu'il n'avait pas l'intention de poser des gestes qui pourraient compromettre la croissance économique. C'est donc dire que le gouvernement semble peu enclin à imposer de nouvelles coupes dans les dépenses pour atteindre l'équilibre budgétaire.

Au Québec, l'inflation annuelle est passée de 1,1 pour cent en juillet à 0,8 pour cent en août, alors que dans le reste du Canada, ce taux est passé de 1,3 à 1,1 pour cent.

De plus, la Banque du Canada s'attend à ce que le taux d'inflation demeure faible au moins jusqu'en 2015.

Selon le ministre des Finances, cette situation avantage les consommateurs, contrairement au gouvernement, dont les revenus de taxation stagnent, puisque les prix n'augmentent pas.

Dans son discours, devant quelque 400 personnes, M. Marceau a également brièvement abordé la politique économique de son gouvernement, qui sera dévoilée lundi, dans la métropole.

Le ministre des Finances a laissé entendre que le secteur de l'électrification des transports devrait être une priorité de son

gouvernement.

M. Marceau a affirmé qu'il souhaite voir ce secteur connaître une forte croissance, à l'instar de celui de l'industrie des jeux vidéo, qui emploie plus de 8000 personnes actuellement.

Il n'a cependant pas révélé si Québec avait l'intention d'accorder de généreux incitatifs financiers aux entreprises du secteur de

l'électrification des transports, comme la province le fait avec l'industrie des jeux vidéo.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'économie canadienne en terrain miné