NOUVELLES

Rabaska : Québec tarde à trancher dans le dossier

03/10/2013 09:31 EDT | Actualisé 03/12/2013 05:12 EST

Le gouvernement Marois devra décider prochainement s'il met un terme définitif au projet Rabaska pour la construction d'un terminal méthanier à Lévis.

Selon les informations obtenues par Le Soleil, le bail pour les terrains dans le fleuve Saint-Laurent est venu à échéance le 10 décembre 2012. Ces terrains étaient destinés notamment à l'aménagement d'un quai si le terminal méthanier avait vu le jour.

Malgré la promesse du Parti Québécois d'abandonner définitivement le projet, le ministre de l'Environnement Yves-François Blanchet n'écarte pas la possibilité de réactiver le contrat de location si un promoteur démontrait son intérêt.

Ce scénario ne fait pas l'unanimité au sein du cabinet péquiste. Le ministre de l'Agriculture François Gendron privilégie plutôt le retour d'un zonage agricole pour ces terrains. Une décision devra être prise bientôt dans ce dossier.

Un agriculture de Lévis, Jean Gosselin trouve que le message envoyé par le gouvernement jusqu'ici est contradictoire.

« On voit d'un côté au ministère de l'Environnement qu'on entend donner suite à des demandes de Rabaska pour rectifier la situation concernant le bail. Et d'un autre côté, on a le ministre de l'Agriculture, c'est une bonne chose d'ailleurs, qui entend mettre son poing sur la table pour ramener ça en zone agricole », constate-t-il.

Jean Gosselin affirme que le gouvernement a besoin d'envoyer un message clair à la population.

« Ce n'est pas des paroles dont on a besoin. On a besoin de gestes, on a besoin d'actions. Il faut rappeler aussi que c'était un engagement électoral du parti québécois que de réparer ce qui a été fait le précédent gouvernement », ajoute l'agriculteur.

L'effondrement du prix du gaz naturel sur le marché a mis du plomb dans l'aile du projet Rabaska.

Un investissement de 800 millions de dollars était prévu pour la construction d'un terminal méthanier à Lévis.

PLUS:rc