NOUVELLES

Vol dans une bijouterie : une jeune mère de famille plaide coupable 

01/10/2013 01:50 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST

Une femme enceinte au moment où elle a participé au vol d'une bijouterie a plaidé coupable, mardi matin, au palais de justice de Québec.

Le tribunal aura maintenant la tâche d'imposer une peine à Audrey Gagnon qui doit s'occuper de son enfant en bas âge.

La femme de 23 ans a planifié le vol de la bijouterie Mercier de Saint-Jean-Chrysostome avec son conjoint de l'époque, en septembre 2011.

Son ex-conjoint, et père de son enfant, Jonathan Dontigny purge une peine de sept ans pour ce vol. Dontigny et un complice d'âge mineur avaient séquestré le propriétaire du commerce toute la nuit en attendant que le coffre-fort équipé d'une minuterie puisse être ouvert.

Le propriétaire de la bijouterie Pierre Mercier, qui a été séquestré pendant 12 heures, garde un bien mauvais souvenir de ce soir-là. Il n'habite plus dans le même édifice que sa bijouterie et admet vivre d'avantage sur ses gardes. 

« Les systèmes de sécurité ont été accrus, puis c'est sûr qu'on vit moins [...] j'ai quand même passée une nuit complète avec deux personnes qui me menaçaient », a-t-dit.

M. Mercier était en cour mardi dans l'espoir de revoir les 10 000 dollars saisis par les policiers. L'argent est toujours retenu comme pièce à conviction.

Ce montant, qui représente une partie de l'argent volé qui a été récupéré dans l'appartement d'Audrey Gagnon.

Un texte de Yannick Bergeron.

PLUS:rc