NOUVELLES

Les hôpitaux ne veulent pas interdire les signes religieux ostentatoires

01/10/2013 05:32 EDT | Actualisé 01/12/2013 05:12 EST

Une autre voix s'élève pour contester le projet de charte des valeurs québécoises, celle de l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), qui demande au gouvernement Marois de ne pas interdire le port de signes religieux ostentatoires aux employés du réseau de la santé.

L'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux regroupe 125 établissements tels que :

  • les centres de santé et de services sociaux (CSSS);
  • les centres hospitaliers universitaires;
  • les centres hospitaliers affiliés;
  • des CHSLD à vocation unique.

Interdire les signes religieux ostentatoires accentuera l'actuelle pénurie de main-d'oeuvre, craint l'AQESSS

À la lumière d'un sondage mené auprès de ses membres, l'Association a conclu qu'il n'y avait pas de problèmes significatifs liés au port de signes religieux dans ses établissements.

Ainsi, 100 % des établissements ayant répondu au sondage disent n'avoir connu aucun problème significatif lié au port de signes religieux ostentatoires. Aucune plainte n'a jamais été enregistrée à cet effet.

De tous les établissements, 48 % d'entre eux comptent des employés portant de tels signes. De ce nombre d'établissements, seulement 3 % disent que cette situation a causé des difficultés dans les rapports avec la clientèle.

Mais l'AQESSS craint que le projet gouvernemental de charte, en particulier l'orientation sur le port de signes religieux ostentatoires, n'entraîne des problèmes de recrutement et de rétention du personnel qualifié, au sein des établissements de santé et de services sociaux.

À la suite de cette enquête, l'AQESSS affirme qu'elle « se montre favorable à l'établissement de balises telles l'égalité entre les hommes et les femmes, le respect des droits d'autrui, la santé et la sécurité des personnes et l'absence de contraintes excessives ».

Ces balises, explique encore l'Association, correspondent aux pratiques déjà en place dans les établissements.

D'après les informations de Marie-France Abastado

PLUS:rc