NOUVELLES

Les accommodements raisonnables en entreprises, parfois possibles, parfois difficiles

01/10/2013 08:41 EDT | Actualisé 01/12/2013 05:12 EST

L'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec craint que la Charte des valeurs québécoises proposée par le gouvernement Marois ne fasse fuir les immigrants. L'organisation redoute également que la charte nuise éventuellement au recrutement de travailleurs étrangers qualifiés.

La plupart des grandes entreprises québécoises ne semblent pas avoir de problèmes avec les accommodements religieux, car elles sont peut-être plus en mesure d'accommoder les demandes en ce sens, d'affirmer Florant Francoeur, PDG de l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. Mais, dans les petites entreprises, ajoute M. Francoeur, c'est beaucoup plus difficile.

C'est une chose de demander à un propriétaire de petite entreprise d'instaurer un lieu de prière, affirme en substance Florant Francoeur. C'en est une autre de faire une telle demande alors qu'on compte 1000 employés et qu'on sait qu'il y a des espaces vides dans l'immeuble.

La situation est telle dans les petites entreprises, selon la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, que des dirigeants hésiteraient à embaucher des musulmans, de crainte d'avoir à composer avec des demandes d'accommodements raisonnables.

Le cas éloquent et concluant de Veg Pro International

Dans l'usine d'emballage de laitues de l'entreprise Veg Pro International à Sherrington, en Montérégie, la majorité des 400 employés sont des immigrants provenant d'Amérique latine et du Maghreb. Pour la directrice des ressources humaines de cette compagnie, Chantal Teasdale, les accommodements raisonnables font partie du quotidien. « On n'empêche pas la manifestation ou le port de quoi que ce soit qui a une connotation religieuse », affirme Mme Teasdale.

Chez Veg Pro, la direction n'hésite pas à modifier les horaires des employés pour des motifs religieux. L'entreprise a déjà mis un lieu de prière à la disposition de ses travailleurs musulmans, dans un endroit plus retiré du côté de l'usine.

D'après le reportage de Jean-Philippe Robillard

PLUS:rc