NOUVELLES

Tribunal des droits de la personne : des conditions de travail semblables à de l'esclavage

30/09/2013 02:31 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST

Le Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique entend à compter de lundi la cause d'une cinquantaine de travailleurs forestiers africains qui disent avoir été forcés de travailler dans des conditions inacceptables dans des camps forestiers de la province.

Les employés plantaient des arbres et débroussaillaient pour la compagnie Khaira Enterprises de Surrey au cours de l'été 2010.

Ils affirment que la compagnie les transférait de camp en camp jusqu'à ce que leur traitement soit dévoilé au public alors qu'ils étaient dans une installation située près de Golden.

Les travailleurs affirment qu'ils étaient forcés de travailler des heures extrêmement longues, sans congés et sans pauses, qu'ils étaient logés dans des conteneurs sans ventilation, qu'ils n'étaient pas toujours nourris et qu'ils n'avaient pas été payés.

À la suite de la plainte des travailleurs, des représentants du ministère des Forêts ont visité le camp. Ils l'ont immédiatement fermé.

Les travailleurs demandent au tribunal d'obliger l'employeur à leur remettre les salaires impayés et de leur accorder des dommages et intérêts, a expliqué une avocate du Centre pour la défense de l'intérêt public de la Colombie-Britannique, Sarah Khan.

« Nous affirmons que les conditions [de travail] étaient tellement affreuses qu'elles s'apparentaient à de l'esclavage », a déclaré Me Sarah Kahn.

« Ils étaient forcés de vivre entassés dans des conteneurs pendant une bonne partie du temps qu'ils ont travaillé pour Khaira », ajoute-t-elle. « On leur servait régulièrement de la nourriture mal cuite ou dont la date de préemption était passée et ils étaient également sujets à des propos racistes, à de la discrimination et à de la violence. »

Les politiques provinciales de reboisement sous la loupe

Les politiques de reboisement de la Colombie-Britannique seront également examinées de près, selon le consultant en foresterie John Betts, qui affirme que la province avait reçu des avertissements au sujet de la compagnie Khaira et qu'elle a continué de lui donner des contrats.

« Nous étions sceptiques pour ne pas dire que nous avions beaucoup de soupçons, car la soumission n'était pas juste et n'aurait pas dû être acceptée », selon John Betts.

Un des propriétaires de Khaira fait également face à une accusation de fraude. La compagnie n'a pas répondu aux appels des journalistes de CBC.

Le tribunal provincial des droits de la personne a réservé six semaines pour les audiences.

En 2011, la Commission provinciale des normes d'emploi a ordonné à Khaira Enterprises de payer 232 000 $ en dédommagement à 57 de ses anciens employés.

PLUS:rc