POLITIQUE

Charte des valeurs québécoises : Léo Bureau-Blouin invite les jeunes au débat

30/09/2013 09:28 EDT | Actualisé 30/11/2013 05:12 EST
Agence QMI

Les jeunes doivent prendre part au débat entourant la Charte des valeurs québécoises et «avoir le courage de discuter», estime le député de Laval-des-Rapides, Léo Bureau-Blouin. Un enjeu essentiel pour les générations futures, a-t-il confié en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

Discret depuis la présentation du projet du gouvernement du Québec concernant la Charte des valeurs québécoises, le député de Laval-des-Rapides a décidé d’entrer dans l’arène. Pour lui, le Québec est en train de vivre un moment important de son histoire, similaire à celui entourant la liberté religieuse des années 60, lors du commencement de la Révolution tranquille, estime-t-il.

«Nos parents se sont affranchis ( de la religion ) par désir de liberté dans les années soixante, a-t-il dit. Maintenant, c’est un tout nouveau débat pour le modèle laïcité que nous voulons, pour nous, et pour les générations futures», a-t-il expliqué.

Selon le jeune député péquiste et ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, les jeunes doivent impérativement embarquer et «s’accaparer du débat» en faisant valoir leurs idées sur le sujet en proposant, entre autres, un modèle de société.

«À l’époque, il y a eu une décision de prise et on a travaillé très fort pour séparer l’Église de l’État, ce qui représentait un choix collectif», rappelle-t-il.

Impliquer les jeunes, combattre l’indifférence

À savoir si les jeunes sont en faveur ou contre les propositions qui se trouvent dans le projet du gouvernement, Léo Bureau-Blouin a l’impression qu’ils ne sont pas si différents de la population.

Toutefois, ils n’ont peut-être pas le sentiment d’être concernés par le débat. Une situation qui s’explique parce qu’ils n’ont pas connu l’époque où l’Église jouait un rôle prépondérant dans l’État et à l’intérieur du noyau familial, entre autres, remarque-t-il. «J’ai fréquenté des institutions scolaires linguistiques parce que nous avons voulons collectivement nous donner des institutions scolaires laïques», fait-il valoir.

Dans le même sens, le député de Laval-des-Rapides rappelle que le gouvernement a mis en place différents outils qui permettent de s’informer et prendre part au débat sur la laïcité au sein de l’État dont, entre autres, un site Web. «Il est important de prendre le temps de réfléchir sur la question. On doit assurer une neutralité (au sein de l’État) », a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation contre la charte des valeurs