NOUVELLES

Les Alouettes s'imposent 17-12 contre les Riders

29/09/2013 04:17 EDT | Actualisé 29/11/2013 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - La défensive des Alouettes a été à la hauteur — et même plus — dans presque tous les matchs du club montréalais cette saison. Et dimanche, elle a enfin obtenu une récompense à la juste mesure de l'effort donné: une victoire.

Parce que finalement, l'attaque des Oiseaux a réussi à en faire juste assez. Josh Neiswander et Duron Carter ont fait suffisamment de dommages pour marquer un touché, en plus de permettre au botteur Sean Whyte de faire son boulot. Ç'a donné un gain de 17-12 contre les Roughriders de la Saskatchewan, dimanche, devant la plus forte assistance cette saison au stade Percival-Molson, soit 24 106 spectateurs.

Les véritables vedettes de la journée appartenaient toutefois à l'unité défensive. À commencer par Chip Cox, qui a assuré la victoire en réussissant sa troisième interception de la saison en fin de match, dans la zone des buts montréalaise. En première demie, la ligne défensive a donné le ton en fermant la porte aux visiteurs lors de trois jeux consécutifs à la porte des buts. Geoff Tisdale a par ailleurs réussi sa quatrième interception de la saison et Jerald Brown sa troisième, tandis que John Bowman a récolté son huitième sac de la campagne, Shea Emry son troisième et Scott Paxson, son premier.

En bout de ligne, les Riders ont été limités à un seul touché même si Darian Durant (24-en-46) a amassé 339 verges par la passe. Le quart des visiteurs a rejoint Weston Dressler pour créer l'égalité 11-11, mais ça s'est arrêté là, hormis le troisième des trois simples de la journée de Ricky Schmitt, tous inscrits au moyen de bottés de dégagement.

«Dans le passé, c'était davantage l'attaque qui nous gardait dans les matchs. Cette année, nous avons une vraie belle unité défensive, qui nous a permis de continuer à rivaliser, a souligné le directeur-général et entraîneur-chef Jim Popp. Mais il n'y a rien de mal à ce qu'on nous considère maintenant comme une équipe qui est avant tout défensive. Si l'unité défensive doit porter l'équipe sur ses épaules, elle le fait. Mais à un certain moment, les autres unités doivent faire mieux aussi.»

Si Neiswander (21-en-36, 264 verges) a relativement bien paru, c'est en partie parce que Carter (six attrapés, 152 verges) a gobé trois ballons pour des gains de 45 verges et plus, dont deux malgré une couverture serrée. Et son touché de 45 verges, qui a rompu une égalité de 4-4 en fin de troisième quart, était en fait une passe-course dont les 40 dernières verges ont été amassées au sol.

«J'ai simplement le sentiment de faire ce que je dois faire. C'est juste qu'on me donne plus d'occasions de le faire depuis quelque temps, a déclaré Carter. Quand on lance le ballon vers moi, c'est parce qu'on a confiance que je vais réussir les jeux, et c'est ce que je fais.»

«(Carter) est encore en train d'apprendre, mais on voit déjà ce qu'il est capable de faire et le genre de joueur qu'il va devenir», a noté Popp.

«Duron a une intelligence au niveau football qui lui vient naturellement et il sait comment s'en servir de façon efficace», a dit Neiswander, qui a par ailleurs noté que l'attaque dans son ensemble devra s'améliorer au chapitre de la constance.

Le quart de 26 ans a quand même assez bien fait pour qu'on décide d'accorder moins de temps de jeu que prévu à Troy Smith, a révélé Popp. Outre une situation de court gain, Smith n'a eu droit qu'à une séquence offensive complète, en deuxième demie. Il a alors effectué une première passe en carrière dans l'uniforme montréalais. Son court relais a donné l'élan nécessaire à Jerome Messam pour que celui-ci franchisse la moitié du terrain, mais le demi a échappé le ballon juste avant d'entrer dans la zone des buts.

Whyte a réussi trois placements, dont un de 40 verges qui a donné l'avance 14-11 aux Oiseaux au milieu du quatrième quart, peu après un retour de botté de 44 verges de Tyron Carrier. Ç'a un peu fait oublier son botté imprécis de la ligne de 31 verges en début de rencontre, qui a touché le poteau. Il a alors raté une première tentative de moins de 40 verges en 27 occasions cette saison. Whyte a par ailleurs concédé un touché de sûreté et ajouté un simple sur un botté de dégagement de 52 verges.

Le receveur des Riders Geroy Simon a réussi trois attrapés pour se retrouver avec un total de 1020 en carrière, ce qui lui a permis d'effacer la marque de 1017 qui appartenait à l'ancien des Alouettes Ben Cahoon. La principale menace est toutefois venue du côté de Chris Getzlaf (six attrapés, 124 verges).

Ça n'a pas été la plus élégante des victoires mais en bout de ligne, ce premier gain en quatre sorties pour les Alouettes leur permet de se hisser à deux points du deuxième rang détenu par les Tiger-Cats de Hamilton, équipe qu'ils affronteront encore deux fois d'ici la fin du calendrier régulier.

«La victoire, c'est tout ce qui compte après toute l'adversité que nous avons connue, a indiqué Popp. Les gars n'ont jamais lâché. Grâce à nos meneurs, la frustration n'a jamais entaché notre détermination à revenir plus fort à chaque semaine.»

Les Oiseaux ont par ailleurs un coussin de quatre points sur les Eskimos d'Edmonton, les seuls susceptibles de leur ravir leur place en séries s'ils terminent au troisième rang. Ces deux équipes s'affronteront justement à Edmonton, samedi prochain.

Les dix compétitions sportives les plus rentables

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.