NOUVELLES

Une loi fédérale contre la cyberintimidation cet automne

27/09/2013 02:45 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

Un texte de Florence Reinson

Le ministre fédéral de la Justice, Peter Mackay, a promis de déposer un projet de loi pour combattre la cyberintimidation, dès cet automne.

Le ministre a fait cette annonce lors d'une visite au Centre canadien de protection de l'enfance, à Winnipeg.

Selon le ministre, la loi des conservateurs sera « globale ». Elle s'occupera notamment du volet sensibilisation, en plus de modifier le Code criminel.

Peter MacKay a rappelé le cas d'un adolescent de 15 ans de la Saskatchewan, qui s'est suicidé après avoir été apparemment intimidé sur les réseaux sociaux.

Kim Loik a été retrouvé sans vie dans sa résidence de North Battleford, en Saskatchewan, plus tôt en septembre. Sa mère affirme que des élèves de son école secondaire l'ont insulté à plusieurs reprises sur Internet.

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle de Rehtaeh Parsons, plus tôt cette année, en Nouvelle-Écosse.

Don

Par ailleurs, le gouvernement fédéral a octroyé 100 000 $ au Centre canadien de protection de l'enfance à Winnipeg, pour soutenir ses efforts à défendre les enfants contre la cyberintimidation.

Le don a été fait au nom du prince George de Cambridge, le premier enfant du prince William et de Kate, le duc et la duchesse de Cambridge.

« À travers ce cadeau, le Centre canadien de protection de l'enfance pourra mieux répondre aux besoins des parents et des écoles, avec des ressources importantes en sécurité, pour s'attaquer à la cyberintimidation », a déclaré le ministre de la Justice, Peter MacKay, qui était accompagné de la femme du premier ministre canadien, Laureen Harper.

Ce don coïncidait avec le jour de la sensibilisation à Cyberaide.ca, au cours duquel les autorités policières de tout le pays ont distribué le nouveau guide éducatif intitulé Être parent de préados ou d'ados à l'ère numérique.

Le guide se trouve également en format numérique sur le site Web de l'organisme de signalement des cas d'exploitation sexuelle des enfants.

PLUS:rc