NOUVELLES

Syrie : le Conseil de sécurité de l'ONU approuve la résolution sur les armes chimiques

27/09/2013 06:14 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé à l'unanimité la résolution exigeant de la Syrie la destruction de son arsenal chimique. Le conseil serait prêt à adopter des mesures punitives si les termes de la résolution venaient à être violés, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Le Conseil de sécurité des Nations unies [...] se tiendra prêt à prendre des mesures dans le cadre du Chapitre VII de la Charte des Nations unies », a-t-il dit. La destruction des armes chimiques syriennes a été adoptée à l'unanimité des 15 membres du Conseil de sécurité.

Bien que contraignante, cette résolution n'est pas placée sous chapitre VII - qui autorise des sanctions automatiques, y compris une action militaire -, comme le souhaitaient les Occidentaux. Ce vote constitue toutefois une importante avancée diplomatique. À trois reprises par le passé, Moscou et Pékin avaient opposé leur veto à des projets de texte destinés à mettre la pression sur la Syrie.

La résolution est la traduction de l'accord conclu le 14 septembre à Genève entre les États-Unis et la Russie sur la destruction de l'arsenal chimique syrien d'ici juin 2014.

Avant cet accord, le président américain Barack Obama, avec son homologue français François Hollande, menaçait d'une intervention militaire le régime de Bachar Al-Assad à la suite d'un bombardement à l'arme chimique dans les environs de Damas, le 21 août.

Genève 2 à la mi novembre, selon Ban Ki-moon

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a réagi vendredi soir en suggérant que la conférence de paix sur la Syrie dite de « Genève 2 » devrait se tenir mi-novembre pour tenter d'amorcer une transition politique en Syrie.

Selon des diplomates, des contacts seront pris en octobre pour préparer cette conférence et le médiateur de l'ONU en Syrie, Lakhdar Brahimi, fera le point des préparatifs fin octobre.

Ladite conférence a été plusieurs fois reportée en raison notamment de divergences sur ses objectifs et sur les participants.

Une résolution bien accueillie

Pour le président américain, le projet de résolution est une « grande victoire potentielle pour la communauté internationale ».

Visiblement satisfait, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré : « le Conseil de sécurité mérite enfin son nom ».
Laurent Fabius a toutefois précisé que cette résolution « ne sauvera pas à elle seule la Syrie ».

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a promis de son côté que Moscou ferait son possible pour que des pourparlers de paix soient organisés.

Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient

PLUS:rc