NOUVELLES

Le matricule 728 est poursuivi au civil pour 400 000 $

27/09/2013 06:28 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST
Capture

Exclusif - Les quatre citoyens arrêtés par le matricule 728, la policière Stéfanie Trudeau, portent plainte au civil près d'un an après les événements, a appris Radio-Canada.

Les plaignants réclament chacun entre 35 000 $ et 150 000 $ en réparation pour « les préjudices corporels et les dommages moraux » qu'ils ont subis et pour atteinte à leurs droits fondamentaux.

On reproche notamment à Stéfanie Trudeau d'avoir eu recours à une force plus grande que celle nécessaire, d'avoir proféré des menaces à l'endroit des demandeurs et d'avoir violé leurs droits fondamentaux en les arrêtant de façon arbitraire et abusive.

On l'accuse également d'avoir agi de mauvaise foi et de manière discriminatoire en raison du statut social des citoyens. L'accusation prend pour preuve l'enregistrement d'une conversation entre Stéfanie Trudeau et un collègue dans laquelle elle injurie les demandeurs, les qualifiant notamment de « carrés rouges », d'« artistes » et de « mangeux d'marde ».

Le confrère de Stéfanie Trudeau, Kevin Henry, et le Service de police de la Ville de Montréal, sont également ciblés par la poursuite.

Des poursuites criminelles?

Par ailleurs, l'enquête policière qui doit permettre de déterminer s'il y aura des accusations criminelles contre Stéfanie Trudeau dans ce dossier est complétée. Le dossier est maintenant sur le bureau de la Direction des poursuites criminelles et pénales, à Montréal.

Matricule 728 pour les nuls..

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.