NOUVELLES

Le ministre français des Finances s'invite dans le débat sur la charte

27/09/2013 02:36 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

Il ne voulait « faire la leçon à personne », mais le ministre français des Finances, Pierre Moscovici, s'est immiscé vendredi dans le débat entourant la Charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois.

M. Moscovici, qui avait publié une lettre en matinée dans le quotidien Le Devoir, en a rajouté, en marge d'une annonce à Mirabel concernant la société française Aérolia.

Sous le regard approbateur de la première ministre Pauline Marois, M. Moscovici a affirmé qu'en France, la laïcité de l'État n'était pas une notion qui se traduisait par l'exclusion de certains groupes.

« Une chose est vraie du côté français : la laïcité est une notion dans laquelle l'exclusion n'existe pas, a-t-il dit. Elle tend plutôt à rallier les gens malgré leurs choix personnels en ce qui a trait à la religion. »

Le ministre français a dit trouver que la laïcité de l'État est une « belle notion » et qu'elle fait partie intégrante de la France.

« C'est une notion qui est au coeur du pacte républicain français », a souligné M. Moscovici. Elle est inscrite dans notre Constitution.

« La laïcité, c'est aussi la tolérance, a-t-il ajouté. Chacun, dans sa sphère privée, peut pratiquer ou ne pas pratiquer. La laïcité, c'est ce qui préserve l'espace public. »

Il a cependant reconnu qu'au Québec, il revenait au gouvernement en place ainsi qu'à la classe politique de trancher dans ce débat.

M. Moscovici ne s'est pas aventuré à commenter l'intention du gouvernement Marois d'interdire le port de signes religieux dans toutes les sphères de la fonction publique, se contentant de simplement définir la notion de laïcité.

« Nous trouvons que c'est une belle notion, mais à chacun d'en tirer le profil qu'il souhaite », a conclu le ministre français des Finances.

De son côté, Mme Marois, qui a dit avoir apprécié la déclaration de M. Moscovici, a simplement rappelé qu'elle n'avait pas eu l'occasion de discuter de ce dossier avec lui.
La première ministre a affirmé qu'ils avaient préféré discuter de dossiers relatifs à l'économie ainsi que de l'électrification des transports.

Le projet de charte des valeurs québécoises du gouvernement Marois suscite la controverse depuis plusieurs semaines au Québec.

Si certains appuient l'initiative péquiste, comme le Rassemblement pour la laïcité, formé de personnalités et groupes de tous horizons, d'autres, comme la Fédération des femmes du Québec ainsi qu'un regroupement de musulmans, s'y opposent au nom de la liberté de religion, notamment.

La Presse Canadienne

La charte des valeurs, un débat de société

PLUS:rc