NOUVELLES

Le dur retour dans les rangs juniors.

27/09/2013 12:20 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

GATINEAU - Il y a deux semaines, Martin Reway se produisait dans un Centre Bell plein à craquer, et faisait saliver 21 000 personnes avec ses mains déjà dignes de la Ligue nationale.

Une semaine plus tard, il se retrouvait à Val-d'Or, devant quelque 2000 personnes au Centre Air Creebec, dans la LHJMQ.

Ce ne sont pas tous les joueurs qui peuvent garder le moral dans ces conditions, et Reway en a visiblement été incapable. Le Slovaque, choix de quatrième tour du Canadien en juin dernier, a conclu son premier match de la saison avec les Olympiques avec un dossier de -2. Son équipe s'est inclinée 5-0.

Une surprise attendait Reway. Dès le lendemain, à Rouyn-Noranda, il était relégué à la passerelle. « De la régie interne », se contente de dire son entraîneur-chef, Benoît Groulx. Une phrase qui laisse croire qu'il y avait plus que son jeu sur la patinoire...

Difficile, le retour dans le junior?

« Oui, c'est assez difficile, reconnaît Reway, rencontré après un entraînement des Olympiques cette semaine. Je ne veux pas dire que je ne voulais pas revenir, je savais que je ne passerais pas l'année à Montréal. Je voulais profiter du camp. Mais c'est difficile de revenir dans le junior, quand j'étais très proche de jouer quelques matchs. J'ai aimé mon expérience et ils m'ont aimé. »

Il y a forcément un travail psychologique à accomplir auprès de joueurs qui reviennent de leur premier camp professionnel.

« C'est sûr et certain que les gars doivent redescendre sur Terre, affirme Groulx. Ils viennent de passer deux semaines dans un monde qui ne leur était pas familier, où le luxe est partout. Ils doivent se dire qu'ils sont revenus chez nous.

« D'être repêché est une étape, mais plusieurs joueurs ont été repêchés et très peu se sont rendus à la LNH. Ils doivent garder en tête que c'est une étape de franchie. Le plus dur reste à faire », ajoute Groulx, dans une réponse qui ressemble sans doute à ce qu'il a dit à son attaquant doué.

Reway souhaite vite mettre une croix sur cet incident. Il devrait d'ailleurs retrouver sa place dans la formation vendredi soir, contre l'Océanic de Rimouski. Le petit attaquant de 1,73 m vise des objectifs ambitieux pour la saison.

« J'aimerais disputer le Championnat du monde avec l'équipe senior de la Slovaquie, explique-t-il. L'an passé, Marko Dano (choix de premier tour des Blue Jackets en 2013) a joué, donc je crois avoir de bonnes chances. J'aimerais aussi participer au mondial junior, et aller le plus loin possible avec Gatineau. »

Retour en douceur

Pour certains, la déception du retour dans les juniors a été moins vive. C'est le cas d'Émile Poirier, un des trois choix de premier tour des Flames de Calgary (22e au total), revenu à Gatineau dans un meilleur état d'esprit.

Après avoir lui aussi connu, de son propre aveu, une première sortie difficile, il a enchaîné avec une prestation de deux buts et deux passes à Rouyn-Noranda.

« Je m'attendais à revenir, je savais qu'on aurait une bonne équipe, j'étais juste excité de revenir ici, confie-t-il. J'avais juste hâte que ça commence pour vrai, j'étais un peu tanné des camps : celui d'Équipe Canada junior, des Olympiques, le camp des recrues des Flames, le camp pro... »

Comme Reway, Poirier se concentre maintenant sur son travail avec les Olympiques. Reste à voir s'il en montrera assez pour participer lui aussi mondial junior et, qui sait, y affronter son coéquipier Reway.

PLUS:rc