NOUVELLES

Grande première pour un gros cargo dans le passage du Nord-Ouest

27/09/2013 01:39 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

Un cargo géant a franchi pour la première fois cette semaine le passage du Nord-Ouest, dans l'océan Arctique canadien, une route maritime ouverte par le réchauffement climatique qui pourrait réduire le temps et les coûts de transport.

Le Nordic Orion, long de 225 m et jaugeant 75 000 tonnes, a appareillé au début du mois du port canadien de Vancouver, sur l'océan Pacifique, et est attendu le 7 octobre dans le port finlandais de Pori avec sa cargaison de charbon à coke de la société minière canadienne Teck Resources.

Cette route maritime expérimentale devrait lui permettre de raccourcir d'environ une semaine son trajet, et d'économiser près de 80 000 $ de mazout, selon son armateur danois, Nordic Bulk Carriers.

« Le passage du Nord-Ouest permet de gagner plus de 1000 milles nautiques par rapport à l'itinéraire traditionnel, via le canal de Panama, d'économiser du temps et du mazout, de réduire
les émissions de dioxyde de carbone et, plus important encore, d'augmenter de 25 % la cargaison », dit-il.

Le Nordic Orion a chargé 15 000 tonnes de charbon de plus que s'il avait dû emprunter le canal de Panama.

Ce nouvel itinéraire, qui relie les océans Pacifique et Atlantique en passant entre les îles du Grand-Nord canadien, comporte cependant des risques, dont celui de rencontrer des icebergs.

Le passage du Nord-Ouest, découvert par le Norvégien Roald Amundsen entre 1903 et 1906, n'avait été emprunté jusqu'alors que par des brise-glace et des cargos de petit tonnage.

« La navigation par le passage du Nord-Ouest est une stratégie à haut risque, mais à gros gain potentiel », souligne Knut Espen Solberg, spécialiste de la mer Arctique de la société
norvégienne de services maritimes DNV.

Construit en 2011 dans un chantier naval japonais, le Nordic Orion est doté d'une coque renforcée pour résister aux icebergs et aux growlers.

En novembre dernier, un méthanier de la société gazière russe Gazprom avait franchi pour la première fois le passage arctique du Nord-Est pour relier la Norvège au Japon.

Selon les analystes, il faudra attendre encore dix ans avant de voir le commerce maritime se développer dans ces eaux, mais certains experts pensent qu'un quart du trafic entre l'Europe et l'Asie passera par la mer Arctique d'ici à 2030.

Reuters

PLUS:rc