NOUVELLES

Course presque sans obstacle à Longueuil

27/09/2013 07:12 EDT | Actualisé 27/11/2013 05:12 EST

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, n'a pas beaucoup de craintes à avoir pour son poste dans la présente campagne municipale.

Celui qui était pressenti pour l'affronter, Robert Gladu, neveu de l'ancien maire Claude Gladu, est finalement candidat indépendant pour un poste de conseiller dans le district de Coteau-Rouge. Il estime n'avoir ni l'équipe ni le budget pour lutter contre la mairesse.

Il faut dire aussi que le Parti municipal de Longueuil s'est mis en veilleuse après les allégations de financement illégal entendues à la commission Charbonneau, remontant à l'époque des maires Gladu et Jacques Olivier.

Pour sa part, Robert Gladu pense que les citoyens de Longueuil sont surtaxés pour un niveau de services municipaux qui n'a pas augmenté.

Reste un libraire de livres usagés du Vieux-Longueuil, Paul Saindon, seul adversaire qui s'annonce pour le moment. Commerçant connu, il n'a jamais fait de politique municipale et a peu de ressources financières pour mener sa campagne.

L'un de ses objectifs est de mettre sur pied des colloques de citoyens qui participeraient aux décisions municipales.

Du côté de Mme St-Hilaire, l'ouverture d'un marché public à Longueuil, la gratuité du transport en commun pour les 65 ans et plus, la carte Accès Longueuil pour les trois arrondissements et la mise à niveau des infrastructures sont certaines des réalisations mises de l'avant dans cette campagne.

La mairesse mentionne aussi le service rapide d'autobus et sa voie réservée, boulevard Roland-Therrien, même s'il ne satisfait pas tous les usagers.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/09/20/003-service-bus-express-roland-therrien-longueuil-mecontents.shtml

La réélection de Caroline St-Hilaire et de son équipe fait peu de doute, certains de ses candidats de districts n'ayant toujours aucun adversaire, ce qui pourrait lui permettre de s'attaquer à sa plus grande promesse, celle de redonner l'accès aux berges du fleuve Saint-Laurent aux Longueuillois.

Seule crainte pour la mairesse : que les électeurs boudent les urnes, le jour du vote, s'ils jugent sa réélection gagnée d'avance. En 2009, le taux de participation n'avait été que de 38 % à Longueuil.

D'après le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

PLUS:rc