Huffpost Canada Quebec qc

Breaking Bad : une chimie dans les règles de l'art?

Publication: Mis à jour:

- Plusieurs victoires aux Emmy awards, un personnage principal qui dépote, un dernier épisode diffusé dimanche 29 septembre dont tout le monde parle, à bien des égards, les créateurs de Breaking Bad, Vince Gillighan en tête, ont vu juste. Mais qu'en est-il de la chimie, omniprésente dans la série? On en sait un peu plus aujourd'hui grâce à cette vidéo de l'American Chemical Society, une société savante basée aux États-Unis.

Face à la caméra, le docteur Donna Nelson, une professeure de chimie organique de l'Université d'Oklahoma. C'est elle qui a conseillé les producteurs de la série lors de son écriture. "Quand on voit de la mauvaise science à la télévision, ça nous rend dingue," déclare-t-elle dans la vidéo. Et c'est peut-être la raison pour laquelle elle a répondu positivement à l'annonce publiée par la production dans une revue spécialisée.

Bonne formule

Vous l'aurez compris, avec un conseil scientifique aussi solide, la plupart de la chimie de Breaking Bad est conforme à la réalité... à quelques détails près, à l'image de la méthamphétamine pure qui ne devrait pas être bleue. Mais pour le reste, explique la chercheuse, tout est plutôt conforme.

La bande-annonce du dernier épisode, suite de l'article sous la vidéo:

Breaking Bad trailer du dernier épisode par Gentside

Lorsque Walter White donne un cours de chimie à ses étudiants, tout est correct, jusqu'aux structures molécules qu'il dessine sur le tableau. Et lorsqu'il cuisine de la méthamphétamine, aussi...

Exemple avec la méthode utilisée pour la synthétiser, dite méthode P2P, grâce à du phenylacetone. Sans Donna Nelson, les scénaristes n'auraient jamais pu savoir que sa deuxième étape est conditionnée par la nature de l'agent de réduction utilisée. Ils n'imaginaient pas non plus que plusieurs agents puissent être utilisés, si bien qu'ils demandèrent à Donna Nelson une liste. Et c'est bien grâce à cette liste que les scénaristes ont choisi l'agent de réduction retenu ("Aluminium Mercury") et cela pour une raison très simple: ce serait plus simple à prononcer pour les acteurs lors du tournage.

Une écriture sous surveillance

Inutile de recommencer la série pour prendre des notes et mettre la main à la pâte. Car Donna Nelson n'était pas la seule consultante lors de l'écriture du script. Les stups américains (DEA), popularisés dans la série par le personnage de Hank, sont également intervenus pour apporter leur expertise dans deux domaines.

Tout d'abord, ils savent exactement à quoi ressemble un laboratoire de production de methamphétamine, leur rôle fut donc non négligeable dans la création des décors. Deuxièmement, "ils savent exactement quelles sont les étapes les plus importantes de la synthétisation," explique Donna Nelson. Mais s'ils en ont informé les scénaristes, ce n'est pas pour qu'ils en fassent état dans la série mais bien pour qu'ils les omettent. Pas fous les stups.

La finale de Breaking Bad sera diffusée ce dimanche à 21h sur AMC.

» Découvrez les photos de la 2e partie de la saison 5:

Close
Breaking Bad: les derniers épisodes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

» En bonus, découvrez ci-dessous les meilleurs GIF de la série:

Close
Final de Breaking Bad: la série en GIF
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Sur le web

Breaking Bad : une chimie dans les règles de l'art?

Breaking Bad Saison 5 : Walter White, les profs crèvent l'écran

Emmys Awards : « Breaking Bad » surclasse « House of Cards »

"Breaking Bad", "House of cards" : pourquoi les séries télé ...

"Breaking Bad" : mes 12 plus gros chocs devant cette série culte