NOUVELLES

Nouvel hôpital à l'Enfant-Jésus : des réactions partagées

26/09/2013 06:50 EDT | Actualisé 26/11/2013 05:12 EST

La décision du gouvernement Marois de construire un hôpital neuf sur le site de l'Enfant-Jésus au lieu d'agrandir l'Hôtel-Dieu de Québec ne fait pas l'unanimité.

Le Conseil de quartier du Vieux-Québec, qui craint pour la vitalité du secteur avec le départ d'une partie des travailleurs, s'est dit évidemment très déçu.

« La bureaucratie, les structures, le béton... Ce gouvernement-là n'a aucune sensibilité aux préoccupations des patients et des usagers de l'Hôtel-Dieu et des préoccupations qu'on a dans le secteur de la vieille ville de Québec », a commenté Alain Samson, président du Conseil.

Les usagers et employés rencontrés près de l'établissement du Vieux-Québec jeudi avaient des avis partagés sur la décision. Certains déplorent de quitter le quartier historique alors que d'autres se réjouissent du meilleur accès au futur hôpital.

« Partout où vous mettez une grue, vous paralysez le secteur. Partout dans les grandes villes, on sort les hôpitaux pour les mettre en périphérie », note Dr Thierry Dujardins, urologue à l'Hôtel-Dieu.

Le Forum des médecins, dentistes et pharmaciens de l'Hôtel-Dieu, qui contestait le déménagement, ne réagira pas avant quelques jours, le temps de rencontrer le personnel médical.

Le coût de cinq amphithéâtres

Le maire sortant Régis Labeaume réagira vendredi. Il avait pris position en faveur du maintien de l'Hôtel-Dieu dans le Vieux-Québec craignant les effets négatifs d'un déménagement sur l'économie du quartier.

Le ministre Réjean Hébert a fait savoir qu'il l'avait rencontré avant son annonce jeudi matin. Le ton de la discusion semblait bon. « C'est cinq amphithéâtres que vous allez annoncer! », aurait blagué Régis Labeaume.

L'ex-ministre de la Santé, Yves Bolduc, qui privilégiait l'agrandissement de l'établissement du Vieux-Québec, insiste sur les nouveaux délais et l'augmentation des coûts du projet retenu.

Avec la rénovation de l'Hôtel-Dieu, le coût du projet annoncé jeudi s'élève à deux milliards de dollars. C'est deux fois plus que le projet d'agrandissement initial.

« Pour des gens qui disaient que le projet de l'Hôtel-Dieu coûtait cher, on se retrouve aujourd'hui avec un très bon projet, mais c'est un projet qui va coûter deux milliards. Il y a un milliard qu'il va devoir nous expliquer où il l'a pris », mentionne le député libéral.

Le député de la Coalition avenir Québec, Éric Caire, applaudit pour sa part l'annonce. Son parti plaide depuis longtemps en faveur de l'abandon de l'agrandissement de l'Hôtel-Dieu. Il souligne le revers pour le chef libéral, Philippe Couillard.

« C'est certainement un œil au beurre noir pour Couillard qui a poussé très fort pour que ça se réalise. Je pense que Réjean Hébert a pris la bonne décision », affirme Éric Caire.

PLUS:rc