NOUVELLES

Le CIO ne s'oppose pas à la loi russe

26/09/2013 01:02 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

La loi russe qui brime la liberté des homosexuels respecte les dispositions de la Charte olympique contre la discrimination. C'est ce qu'a expliqué le CIO.

En conférence de presse à Sotchi, jeudi, Jean-Claude Killy a admis que les discussions ont duré plusieurs jours. L'ancien champion de ski, président de la commission de coordination pour les Jeux de Sotchi, a expliqué que les membres du CIO avaient conclu qu'ils n'avaient pas le droit de remettre en question la législation d'un pays à moins qu'elle ne viole clairement la Charte olympique.

« Le CIO n'a pas vocation de discuter des lois dans les pays dans lesquels les Jeux olympiques sont organisés, a dit Jean-Claude Killy. À partir du moment où la charte olympique est respectée, nous sommes satisfaits et c'est le cas. »

M. Killy a par ailleurs laissé entendre ne pas être préoccupé par cette loi sanctionnant « l'affichage homosexuel » devant les mineurs, promulguée en juin par le président Vladimir Poutine.

« La charte olympique prévoit que toute ségrégation soit interdite, que ce soit de race, de religion, de couleur ou autre sur le territoire olympique. Et donc ce sera le cas, nous en sommes persuadés », a dit M. Killy.

La notion de discrimination est évoquée dans les principes fondamentaux de l'olympisme :

Quatrième principe : « La pratique du sport est un droit de l'homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d'aucune sorte et dans l'esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l'esprit d'amitié, de solidarité et de fair-play. »

Sixième principe : « Toute forme de discrimination à l'égard d'un pays ou d'une personne fondée sur des considérations de race, de religion, de politique, de sexe ou autres est incompatible avec l'appartenance au Mouvement olympique. »

Les autorités russes soutiennent que la loi a été conçue pour protéger les enfants et qu'elle n'est pas discriminatoire.

Le président russe, Vladimir Poutine, a affirmé mercredi que les Jeux olympiques de Sotchi en février se dérouleraient sans discrimination contre les gais, en dépit d'une controverse autour d'une loi russe interdisant la « propagande » homosexuelle devant des mineurs.

« Vous pouvez être absolument certain que la Russie va respecter scrupuleusement les principes de l'olympisme qui interdisent toute discrimination », avait dit Vladimir Poutine dans une interview à la chaîne de télévision publique Pervyi Kanal, le 4 septembre.

Il était interrogé sur les éventuelles « conséquences négatives » de la loi promulguée en juin, qui punit la « propagande » homosexuelle devant des mineurs de peines d'amende et de détention, un texte jugé discriminatoire par des défenseurs des droits de l'homme et très critiqué par la communauté homosexuelle.

« J'espère qu'il n'y aura pas de conséquences négatives, d'autant plus que nous n'avons pas de loi qui vise les personnes aux orientations sexuelles non traditionnelles, c'est l'expression utilisée en Russie pour désigner les homosexuels. La Russie a adopté une loi qui interdit la propagande des relations sexuelles non traditionnelles parmi les mineurs, ce qui n'est pas du tout la même chose », avait précisé M. Poutine.

La loi russe prévoit pour les étrangers une amende de 100 000 roubles (3 200 dollars) maximum, jusqu'à 15 jours de détention et l'expulsion de Russie.

Sotchi n'a pas souffert

La commission de coordination effectue actuellement sa 10e et dernière visite à Sotchi en prévision des Jeux d'hiver de 2014. Au moment même où les pluies diluviennes des derniers jours ont causé des problèmes majeurs dans la ville.

« Tout se passe vraiment magnifiquement, a pourtant dit M. Killy. Ce fut un test fantastique pour les infrastructures, et il n'y a eu aucun dommage sur les sites.

« À quatre mois des Jeux, Sotchi n'est en aucune manière en retard. Sotchi est en mode opérationnel, de nombreux tests ont été effectués et ou sont encore effectués, les équipes seront prêtes », a assuré l'officiel français.

PLUS:rc