NOUVELLES

Abbas désire arriver rapidement à un accord de paix avec Israël

26/09/2013 04:40 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a affirmé jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations unies, qu'il veut arriver rapidement à un accord de paix définitif avec Israël. Il cherche à obtenir un accord dans un délai de neuf mois.

Mettant en garde ses homologues israélien et américain contre un « tourbillon d'accords intermédiaires », il désire arriver à un accord complet et définitif et à un traité de paix entre les États de Palestine et d'Israël. « Il faut résoudre tous les problèmes en suspend et répondre à toutes les questions », a déclaré M. Abbas.

Il a dit s'engager avec « ouverture d'esprit » et « une forte détermination » dans les négociations, demandant avec force la fin de la colonisation israélienne.

« La communauté internationale doit rester prête à condamner et arrêter toute initiative sur le terrain qui affaiblirait les négociations », a demandé M. Abbas en faisant référence à la poursuite des constructions de colonies sur les terres palestiniennes, en particulier Jérusalem.

Honoré de s'adresser à l'Assemblée générale de l'ONU pour une première fois au nom de l'État de Palestine, il a affirmé que le temps est compté. « Les négociations en cours semblent être la dernière chance d'arriver à une paix juste. »

Selon lui, le simple fait de penser aux conséquences effrayantes d'un échec devrait pousser la communauté internationale à intensifier ses efforts pour saisir cette chance.

Position américaine

Le secrétaire d'État américain John Kerry a fait part mercredi de sa volonté d'accélérer les négociations. Revendiquant une extrême discrétion sur le contenu des discussions, il a indiqué que les négociateurs israéliens et palestiniens s'étaient vus à sept reprises depuis la relance des échanges, les 29 et 30 juillet à Washington.

Le président américain Barack Obama avait rencontré Mahmoud Abbas la veille, à New York, lui affirmant qu'il connaît les difficultés du processus de négociation en cours. Obama doit recevoir le premier ministre d'Israël Benyamin Nétanyahou lundi à la Maison-Blanche.

Le président américain avait rappelé la position de son pays, « soit deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité. »

« Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les frontières de 1967 avec des échanges (de territoires) d'un accord mutuel, avec des éléments solides de sécurité pour qu'Israël puisse continuer à se défendre lui-même contre toutes les menaces. »

PLUS:rc