NOUVELLES

L'enfer des Népalais

25/09/2013 03:23 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

Le comité d'organisation de la Coupe du monde de soccer de 2022 est éclaboussé par des révélations troublantes sur les conditions de travail d'ouvriers népalais.

Déjà, le 24 mai 2013, une manifestation avait été organisée à Londres dans le cadre du Congrès de l'UEFA pour alerter les autorités du soccer et l'opinion publique.

Selon le quotidien britannique The Guardian, qui a mené enquête, des dizaines de travailleurs népalais sont morts durant l'été 2013, ce qui pose de sérieuses questions sur les conditions de travail sur les chantiers de la Coupe du monde de 2022.

Selon des documents obtenus de l'ambassade du Népal au Qatar, 44 travailleurs népalais sont morts entre le 4 juin et le 8 août. Surtout de jeunes hommes ayant succombé a des crises cardiaques. 

L'enquête de The Guardian précise que le contingent népalais, qui représente le plus grand groupe de la main-d'oeuvre au Qatar, est victime d'exploitation et d'abus. Ce que l'Organisation mondiale du travail considère être de l'esclavage moderne.

Les enquêteurs ont obtenu :

  1. Des preuves du travail forcé sur un chantier de la Coupe du monde de 2022
  2. Des témoignages de Népalais disant :

  • qu'ils n'ont pas été payés depuis des mois, que leur salaire est retenu pour éviter qu'ils ne s'enfuient;
  • que des employeurs confisquent les passeports et les cartes d'identité, les réduisant au statut de travailleurs illégaux;
  • qu'on leur interdit de boire en pleine chaleur.

Le quotidien britannique écrit qu'un des pays les plus riches de la planète exploite des travailleurs d'un des pays les plus pauvres pour se préparer à la Coupe du monde de 2022.

Lors du congrès de l'UEFA de Londres, la Confédération syndicale internationale (CSI) et le Trade Union Congress (TUC) britannique avaient appelé l'UEFA à intercéder face au traitement déplorable, précisaient ces syndicats, que subissent les travailleurs au Qatar. Les deux organisation cherchaient également à obtenir des appuis en vue d'un nouveau vote des membres de la FIFA pour l'attribution de la Coupe du monde de 2022.

Les syndicats étaient particulièrement préoccupés par le traitement inhumain réservé aux ouvriers migrants au Qatar et le refus du gouvernement d'améliorer les droits de l'emploi.

PLUS:rc