NOUVELLES

Nouveau patron pour Lockheed Martin Canada

24/09/2013 01:15 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST

Le lieutenant-général à la retraite Charles Bouchard est nommé à la tête de la section canadienne de l'entreprise de défense et de sécurité Lockheed Martin, qui fabrique notamment les chasseurs F-35.

Après plus de 37 ans dans l'Aviation royale du Canada, M. Bouchard a pris sa retraite de l'armée en avril 2012. L'homme né à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a notamment dirigé la mission de l'OTAN en Libye, en 2011.

La nomination de M. Bouchard est en vigueur dès mardi. Il devient le premier représentant de Lockheed Martin au Canada et relève directement du vice-président de Lockheed Martin International Pat Dewar.

Charles Bouchard s'ajoute à l'équipe en place; Rosemary Chapdelaine, présidente-directrice générale de Lockheed Martin Canada, Jim Andrews, directeur général du Kelly Aviation Centre à Montréal, et Albert Sulmistras, directeur général de Lockheed Martin CDL Systems, se concentreront « sur des programmes clés et des clients spécifiques ».

La saga des F-35

La société Lockheed Martin fait parler d'elle depuis plusieurs années au Canada dans le dossier du remplacement des avions de chasse CF-18. Le gouvernement canadien avait annoncé son intention de lui acheter 65 chasseurs F-35 en 2010. Mais, le prix de vente évalué à 9 milliards de dollars, auquel devait s'ajouter une somme de plus de 16 milliards de dollars en frais d'entretien, est passé à 45 milliards de dollars en quelques années, selon un rapport de la firme KPMG déposé le 27 novembre 2012.

En avril dernier, le vérificateur général Michael Ferguson accusait les ministères de la Défense nationale et des Travaux publics d'avoir camouflé le coût réel du programme d'achat de ces avions.

Outre la saga politique entourant l'avion de chasse F-35, des rapports émanant du Pentagone faisaient état d'importantes faiblesses techniques de l'appareil. Le F-35 ne pourrait ainsi voler de nuit ou par temps pluvieux, puisqu'il risquerait d'exploser s'il est frappé par la foudre.

De plus, des pilotes estiment que la conception de l'appareil empêche les pilotes de voir derrière eux. Une situation qui les handicape dans des situations de combat et qui mettrait leur vie en danger. D'autres pilotes évoquent des défectuosités du casque sophistiqué nécessaire au pilotage de l'appareil.

Les rapports concluent que le chasseur n'est pas en mesure de remplacer la flotte de CF-18 dans l'état actuel des choses.

Devant ces difficultés et les récriminations de l'opposition à la Chambre des communes, le gouvernement conservateur a décidé de reprendre l'exercice du début, en décembre dernier.

PLUS:rc