NOUVELLES

La Ligue des droits et libertés accuse le SPVM de profilage politique

24/09/2013 11:01 EDT | Actualisé 24/11/2013 05:12 EST

La Ligue des droits et libertés estime que certains agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont procédé des arrestations en fonction du profilage politique.

La porte-parole de la Ligue, Lucie Lemonde, a souligné mardi que la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse s'est déjà prononcée sur le profilage racial et le profilage social. Elle juge maintenant pertinent que l'on remette en question aussi les interventions fondées sur des motifs politiques.

La plainte, officiellement déposée à la Commission la semaine dernière, a été faite au nom d'un groupe de 35 personnes appréhendées lors de la 16e manifestation contre la brutalité policière qui s'est déroulée le 15 mars 2013. Lors de ce rassemblement, environ 240 personnes avaient été arrêtées en vertu du règlement P-6 avant même que ne s'amorce la manifestation.

La Ligue considère que ces mises à l'arrêt massives ont été fondées sur le motif de la manifestation et non sur ses effets et que la décision d'intervenir pour faire cesser la manifestation avait été prise à l'avance.

Une décision en recevabilité de la part de la Commission est attendue d'ici un mois, espère Lucie Lemonde.

La Presse Canadienne

PLUS:rc