NOUVELLES

Technicolor ouvre un studio d'effets spéciaux à Montréal avec l'aide de Québec

23/09/2013 12:55 EDT | Actualisé 23/11/2013 05:12 EST
AFP

MONTRÉAL _ Technicolor annonce l'ouverture d'un nouveau studio d'effets visuels à Montréal et un regroupement de ses capacités de postproduction, grâce à un coup de pouce du gouvernement du Québec. Au moins 200 emplois seront ainsi créés.

L'annonce a été faite lundi à Montréal, en présence de la première ministre Pauline Marois, de la ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb, de même que du directeur général de Technicolor, Frédéric Rose.

Québec accorde un prêt de 1,2 million $ à l'entreprise, avec deux ans sans intérêts, dans le cadre du projet évalué à 7 millions $, a précisé la ministre Zakaïb. Elle prévoit des rentrées fiscales de 7 millions $ sur cinq ans.

Au cours d'une rencontre avec la presse, M. Rose a admis que l'aide financière du gouvernement avait été déterminante, puisque Technicolor aurait pu aussi investir ailleurs.

"En développant une politique industrielle stable, de long terme, elle permet à des sociétés comme la nôtre de planifier des investissements sur le long terme. Il est clair pour nous que d'implanter un deuxième centre au Canada était une décision majeure, puisque nous avons déjà une présence significative à Vancouver. Mais avec l'aide du gouvernement du Québec, nous sommes arrivés à la conclusion que nous implanter de façon majeure à Montréal avait énormément de sens. Et l'aide que le gouvernement nous a apportée a certainement pesé pour beaucoup dans la balance", a admis l'homme d'affai ses capacités de postproduction actuellement réparties sur cinq sites, a noté M. Rose.

"C'est un signal très important pour nous" que des entreprises de l'importance de Technicolor _14 000 employés dans le monde _ choisissent Montréal pour investir et innover", a souligné Mme Marois.

"Technicolor est l'un des géants mondiaux de l'industrie du cinéma, avec un chiffre d'affaires de 4,9 milliards $. C'est une entreprise prestigieuse, dont la longue histoire est frappée du sceau de l'innovation. En choisissant Montréal pour implanter son studio, Technicolor confirme une fois de plus la réputation d'excellence et le dynamisme de notre industrie cinématographique et de ses créateurs, ses techniciens, de même que de tous ses artisans", a affirmé la première ministre.

Elle verrait comme un avantage que des concurrents de Technicolor viennent aussi s'implanter à Montréal pour créer "une masse critique" de nature à y attirer d'autres joueurs de l'industrie du cinéma.