NOUVELLES

DPJ : légère hausse du nombre de signalements, mais moins de cas retenus

23/09/2013 03:19 EDT | Actualisé 22/11/2013 05:12 EST

Le nombre de signalements d'enfants à la Direction de protection de la jeunesse (DPJ) a augmenté de 4 % au Québec depuis un an. Le nombre de cas retenus a toutefois diminué légèrement.

Sur les 80 500 signalements reçus pour toute la province en 2012-2013, moins de la moitié ont été retenus. Pour Montréal, Laval et la Montérégie, le nombre de signalements a grimpé à 29 000 cette année, soit 1233 de plus que l'an dernier. De ce nombre, 11 500 ont été retenus.

Les directeurs de la protection de la jeunesse expliquent en partie l'augmentation du nombre de signalements par le fait que les gens sont de plus en plus sensibilisés à l'importance de protéger les jeunes. Le chômage et les difficultés économiques et sociales contribuent également à l'augmentation du nombre d'enfants en détresse. 

Quant à savoir pourquoi le nombre de signalements retenus est moins important, les directeurs attribuent ce phénomène à une plus grande disponibilité des services aux familles. 

Par ailleurs, le nombre de signalements pour abus physiques augmente, même si la majorité concerne encore la négligence.

Les délais pour pouvoir intervenir auprès d'un enfant sont parfois longs. Les responsables de la DPJ doivent faire des choix, mais se font rassurants. « Pour les enfants qui ont des besoins urgents, la réponse sera dans la journée même partout dans la province », dit la directrice de la protection de la jeunesse de la Montérégie, Maryse Davreux. « Aucun enfant n'est en attente pour une situation pour laquelle on doit intervenir aujourd'hui ou demain ».

Avec les informations de Francine Plourde et Anne-Louise Despatie

PLUS:rc