BIEN-ÊTRE

Les 10 catégories d'odeurs les plus répandues

21/09/2013 09:54 EDT
Getty

Popcorn, citron, écœurant: voici trois des dix genres d'odeurs que nous pouvons sentir selon les résultats des recherches d'une équipe de scientifiques publiées récemment dans la revue PLOS ONE.

C'est à partir d'une base de données datant de 1985 (Atlas of Odor Character Profiles, d'Andew Dravniek) que ces scientifiques ont mené leur étude. Il s'agissait d'une liste de 144 combinaisons olfactives. À partir de ces odeurs, telles que cannelle, floral ou bois de cèdre, les chercheurs ont voulu mettre le doigt sur les principales, celles qui sont les plus récurrentes.

De 144 odeurs à 10 catégories

Leur méthode mathématique à base d'algorithmes est complexe. La revue Live Science la résume de la façon suivante: "la technique est similaire à une compression d'un fichier numérique, dont la taille réduit sans sacrifier les informations utiles".

De leurs analyses, dix catégories tirent leur épingle du jeu: parfumé, boisé, résineux, fruité autre que citron, écœurant (qui revient une seconde fois), chimique, mentholé, menthe poivrée, sucré, popcorn. La catégorie pop-corn est par exemple décrite par les termes suivants: brûlé, enfumé, beurre de cacahuètes ou encore amande et gras.

Ces catégories sont plus complexes qu'elles n'en ont l'air. Dans popcorn on retrouve la description boisé, résineux, qui est elle-même une catégorie. Les chercheurs expliquent ceci par le facteur du langage: on n'a pas assez de vocabulaire pour décrire l'incroyable complexité des odeurs.

Pourquoi 10?

Alors, pourquoi 10 catégories? "La question reste ouverte de savoir combien de types fondamentaux d'odeurs existent", admet Jason Castro de l'université de Bates, l'un des auteurs de cette étude. Il explique que le nombre de catégories aurait très bien pu être arrêté à 9 ou 11, mais que 10 était le plus petit nombre capable de capturer les caractéristiques intéressantes des odeurs.

Les recherches dans le domaine de l'odorat ne s'arrêteront donc pas à cette étude. Des cinq sens, c'est celui qui est le plus compliqué à étudier et comprendre. On sait par exemple qu'il existe cinq types de récepteurs gustatifs (sucré, salé, acide, amer, glutamate). On connaît également la longueur d'ondes des couleurs. Mais pour les odeurs, c'est une autre histoire. En ce sens, cette classification en dix catégories est une belle avancée.

Sur le site ABC, le neuroscientifique spécialiste des sens David O'Carroll le souligne: "Ce qu'ils ont fait pour la première fois, c'est l'utilisation d'une intelligente technique mathématique pour rassembler ces différentes odeurs en dix groupes liés les uns aux autres en termes de produits chimiques qui les stimulent."

Voir et prévoir les odeurs

L'enjeu majeur de cette recherche? Pouvoir "voir" les odeurs, c'est-à-dire reconnaître leur composition chimique. Ce serait une avancée de taille pour certains secteurs, celui de la parfumerie en premier lieu, qui pourrait ainsi identifier les odeurs sans les sentir. Connaître la "forme" des odeurs pourrait également permettre de prévoir ce qu'on va sentir, et reproduire des odeurs de la vie de tous les jours (déodorants, savons, café...)

Cette idée un peu folle était d'ailleurs expérimentée dans le cadre du Olfactive Project qui se tenait à Paris jusqu'au 15 septembre. On pouvait alors transmettre une odeur de cappuccino par une machine intitulée Ophone. Qui sait, peut-être qu'un jour on pourra se transmettre des messages et des appels olfactifs comme on s'envoie des photos par email ou des MMS. Si c'est le cas, le prochain article sur ce sujet sera accompagné de l'odeur du café de la rédaction.

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.