Même s'il tente de minimiser l'importance du rapport du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, le maire de Saguenay a fait parvenir une lettre au bureau du ministre Sylvain Gaudreault, pour lui demander d'en retarder la parution.

Ce rapport, dévoilé jeudi, dénote notamment des irrégularités dans l'octroi de contrats à Saguenay.

Dans sa lettre datée du 5 septembre, Jean Tremblay sollicite une extension du délai jusqu'au 30 octobre. Il mentionne entre autres que « la période électorale débute le 20 septembre prochain ce qui, de toute évidence, n'est pas propice et risque de faire dévier les véritables enjeux de ces vérifications ». Il termine en disant qu'il n'y a pas d'urgence à agir dans de telles circonstances.

Sylvain Gaudreault lui a répondu qu'il ne pouvait empêcher la diffusion du rapport parce que le ministre n'a pas à s'ingérer dans le travail des fonctionnaires.

Jean Tremblay estime que le rapport, publié la veille du déclenchement des élections, est d'abord et avant tout une attaque en règle du ministre Sylvain Gaudreault. Il croit que le député de Jonquière s'est toujours opposé à lui depuis qu'il est maire.

À LIRE AUSSI
Irrégularités dans l'octroi de contrats à Saguenay, selon Québec

Contrats fractionnés

Toute la journée, le maire a donné des entrevues, martelant que le rapport était positif. Or le ministère a montré du doigt plusieurs contrats que la ville de Saguenay aurait fractionnés, agissant ainsi à l'encontre de la loi sur les cités et villes.

Le 1er mai 2012, la ville a octroyé deux contrats presque identiques de 85 000 $ à la même entreprise. Normalement, le contrat de 171 000 $ aurait dû faire l'objet d'un appel d'offres public, mais la seule entreprise à déposer une soumission a été LVM Technisol.

Le directeur du développement de cette entreprise serait un ami de longue date de Ghislain Harvey, le chef de cabinet du maire et directeur général de Promotion Saguenay.

Questionné à ce sujet, le maire a déclaré qu'il exerçait son travail en toute honnêteté.

En point de presse, le maire a analysé chacun des éléments qui sont reprochés à son administration. Il admet qu'il devra apporter des correctifs qu'il qualifie de mineurs au fonctionnement de Promotions Saguenay et à la façon d'octroyer des contrats.

Réaction de Paul Grimard

Le chef de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD), Paul Grimard, est loin d'avoir la même opinion que le maire Jean Tremblay sur le rapport du ministère des Affaires municipales qui blâme la ville de Saguenay.

Paul Grimard, qui est comptable agréé, soutient qu'un seul contrat non conforme en est un de trop.

Il laisse entendre que le rapport ne révèle pas tout et que les problèmes de certaines municipalités du Québec ont commencé par des allégations de contrats non conformes.

Le chef de l'ERD est choqué par les révélations concernant Promotion Saguenay qui accorde des contrats sans appel d'offre à la place de la ville.

Il ne croit cependant pas pour autant qu'il faut abolir l'organisme paramunicipal.

Loading Slideshow...
  • 9 mai 2013 : Vaillancourt et Accurso accusés de gangstérisme

    L'UPAC arrête Gilles Vaillancourt, dans le cadre de la plus importante frappe de son histoire. Au total, 37 personnes sont accusées de collusion et de corruption dans l'octroi des contrats municipaux. Vaillancourt et Accurso sont accusés de gangstérisme.

  • 25 avril 2013: Scandale du CUSM, Yohann Elbaz épinglé par l'UPAC

    Yohann Elbaz est arrêté dans le cadre de l'enquête sur le scandale des pots-de-vin au Centre universitaire de santé McGill.

  • 20 février 2013: Paolo Catania et François Thériault arrêtés

    M. Thériault a omis de parler de sa maison à la commission Charbonneau alors qu'il a obtenu un rabais de 30 000 $. La maison était construite sur des terrains vendus par une entreprise de Paolo Catania.

  • 29 novembre 2012: Arrestation de l'ex-PDG de SNC-Lavalin

    L'UPAC arrête l'ex-président de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, soupçonné de complot de fraude, fraude et usage de faux, La fraude serait en lien avec le Centre universitaire de santé McGill.

  • 14 décembre 2012: Arrestation du maire de Saint-Rémi

    L'UPAC arrête le maire de la municipalité de Saint-Rémi, Michel Lavoie, accusé d'abus de confiance, de fraude et de complot.

  • 20 novembre 2012: Perquisition dans les bureaux du PRO des Lavallois

    Les bureaux du parti de l'ex-maire Vaillancourt sont situés au 400, boulevard Saint-Martin à Laval.

  • 12 octobre 2012: Perquisitions dans des entreprises en construction à Laval

    Près de 70 policiers de l’escouade Marteau ont mené des perquisitions dans 6 entreprises de Laval. Ils se sont se sont rendus chez Louisbourg SBC, Poly-Excavation, Construction Mergad, Nepcon, Valmont Nadon Excavation et J. Dufresne Asphalte.

  • 8 novembre 2012: Perquisitions dans les bureaux de firmes de génie-conseil

    Aecom, Dessau, Genivar et Cima sont visées.

  • 18 septembre 2012: Perquisition dans les bureaux du Centre universitaire de santé McGill

    La directrice des ressources humaines, Stella Lopreste aurait détourné jusqu'à 1,6 million de dollars du budget.

  • 5 octobre 2012: Perquisitions à Laval

    Perquisitions à la résidence du maire Gilles Vaillancourt jeudi après-midi et durant la nuit de jeudi à vendredi dans quatre édifices de Laval, dont l'hôtel de ville et la résidence principale du maire Gilles Vaillancourt

  • 17 mai 2012: Arrestation de Paolo Catania et Frank Zampino et Bernard Trépanier

    Les enquêteurs de l'escouade Marteau arrêtent l'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, l'entrepreneur en construction Paolo Catania et Bernard Trépanier, ancien responsable des finances du parti du maire Gérald Tremblay, aussi appellé «monsieur 3%». Photo: Frank Zampino

  • 25 avril 2012: Perquisition de l'UPAC au siège social du groupe Catania

    Perquisitions dans la région de Montréal, dont une au siège social du groupe immobilier Catania, à Brossard.

  • 29 février 2012: Perquisitions à Saint-Constant

    Des perquisitions sont ménées à Saint-Constant à l'hôtel de Ville et chez le maire Gilles Pepin et son fils ainsi qu'à leur entreprise Évalu-Pro.

  • 17 avril 2011: Opération Gravier

    L'UPAC arrête 14 personnes dont les entrepreneurs Tony Accurso et Normand Trudel. Ils effectuent plusieurs perquisitions dans la ville de Mascouche, Le 20 avril le maire de Mascouche, Richard Marcotte, est arrêté à son retour de Cuba.

  • 19 février 2012: Perquisition de l'UPAC à l'Hôtel de Ville de Montréal

    Perquisitions à l'hôtel de ville dans les locaux d'Union Montréal, ancien parti du maire Michael Applebaum et de l'ex-maire Gérald Tremblay.

  • 27 avril 2011: Première perquisition

    Un peu plus de deux mois après sa création, l'Unité permanente anticorruption effectue une quinzaine de perquisitions, notamment à Saint-Jean-sur-Richelieu. Le 21 juin 2012, un réseau de collusion est démantelé dans la ville.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.