NOUVELLES

Intempéries au Mexique : les touristes peuvent quitter Acapulco par la route

20/09/2013 03:54 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Les milliers de touristes bloqués depuis une semaine à Acapulco, au Mexique, à cause des intempéries pourront enfin quitter la ville, car l'autoroute reliant la station balnéaire à Mexico a pu être rouverte vendredi.

« La circulation reprend sur l'autoroute Acapulco-Mexico », a écrit le ministère des Transports mexicain sur son compte Twitter, vendredi. Pendant près d'une semaine, la station balnéaire d'Acapulco n'était accessible que par voie aérienne. En début d'après-midi, seuls les autocars et les voitures particulières étaient autorisés à sortir de la ville, a constaté l'Agence France-Presse (AFP). Les camions de marchandises ne pourront recommencer à circuler qu'à partir de vendredi soir.

Le ministère des Transports mexicain a indiqué qu'une centaine d'autocars remplis de touristes étaient prêts à quitter Acapulco en direction de la capitale, vendredi matin, selon l'AFP. Entre 40 000 et 60 000 touristes étaient toujours coincés à Acapulco jeudi soir. Ce nombre est passé à 25 000 vendredi matin. Des milliers d'entre eux ont pu être évacués par avion ces derniers jours.

Jeudi, le gouvernement mexicain a dû faire face à l'exaspération de certains touristes. Environ 5000 d'entre eux ont bloqué pendant une demi-heure une des rues principales d'Acapulco pour dénoncer la lenteur des évacuations. Celles-ci s'accéléreront toutefois au cours des prochains jours avec l'ouverture de l'axe routier reliant Acapulco à Mexico, mais le bilan humain pourrait continuer de s'alourdir.

Les secouristes ont entrepris vendredi de fouiller des maisons englouties par des coulées de boue dans le sud-ouest du Mexique, à la recherche de dizaines de disparus après le passage d'une des tempêtes les plus violentes de l'histoire récente du pays. Dans le village de La Pintana, à une centaine de kilomètres d'Acapulco, des dizaines de maisons ont été englouties par une coulée de boue.

Les secouristes disent avoir sauvé près de 300 habitants, retrouvé 20 corps et rechercher encore 68 disparus. Vendredi matin, plus de 200 militaires et agents de la protection civile ont repris les recherches de corps sous la montagne de boue qui a enseveli une grande partie du village de La Pintana. Mais les secouristes sont très mal équipés face à l'ampleur de la tragédie. L'AFP rapporte qu'ils ne sont munis pour l'instant que de pelles et de pioches, car les routes du village ne permettent pas d'y faire venir de la machinerie lourde.

La tempête tropicale Manuel est remontée jeudi vers la côte nord-ouest du pays, entraînant de nouvelles évacuations après les inondations et les glissements de terrain qui ont fait une centaine de morts depuis la fin de la semaine dernière. Les autorités tentaient aussi de localiser vendredi un hélicoptère Black Hawk avec lequel elles n'ont plus eu de contact depuis jeudi, a dit à la presse mexicaine le commissaire à la sécurité nationale du gouvernement, Manuel Mondragon. L'hélicoptère avait à son bord deux pilotes et au moins huit villageois évacués de la région d'Acapulco, a-t-il ajouté.

Au total, les deux dépressions ont fait plus de 50 000 déplacés et 200 000 sinistrés, selon l'AFP. Le président Enrique Pena Nieto a renoncé à assister la semaine prochaine à l'Assemblée générale annuelle de l'ONU pour se consacrer à la crise.

Ingrid s'est dissipée et Manuel devait faire de même dans la journée en abordant les massifs montagneux de l'Ouest. L'accalmie risque cependant d'être de courte durée. Selon le Centre américain des ouragans, une nouvelle dépression venant du golfe du Mexique a 50 % de chances d'atteindre le stade cyclonique dans les 48 heures et pourrait déverser de grandes quantités d'eau sur des régions déjà sinistrées.

PLUS:rc