NOUVELLES

Un policier égyptien tué en banlieue du Caire

19/09/2013 05:21 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Un policier égyptien a été tué par balle tôt jeudi matin dans des affrontements avec des groupes armés lors d'une opération dans une banlieue ouest du Caire, rapporte la télévision publique égyptienne.

Les violences ont éclaté lors d'une intervention des forces de l'ordre à Kerdassah contre des suspects recherchés pour la mort d'une dizaine de policiers dans les affrontements du mois dernier entre les forces de sécurité et les partisans du président Mohamed Morsi, déposé par l'armée le 3 juillet.

Depuis ces heurts, les forces de l'ordre ne pouvaient plus pénétrer dans ce bastion islamiste situé à 14 kilomètres à l'ouest du Caire.

Les forces de sécurité ont indiqué avoir saisi des dizaines d'armes, dont des lance-grenades.

Quinze personnes ont été arrêtées lors de l'intervention et 140 autres sont recherchées par la police, a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur égyptien.

« Les forces de sécurité ne se retireront pas avant (que Kerdassah) ne soit débarrassée de tous ses nids de terroristes et de criminels », a ajouté Hany Abdel Latif.

D'après la télévision égyptienne, la police a repris le contrôle de la ville, où un couvre-feu a été décrété.

L'Égypte, entre révolution populaire et pouvoir militaire

La destitution par l'armée de Mohamed Morsi, consécutive à une vaste mobilisation populaire contre le président issu des Frères musulmans, a plongé l'Égypte dans un cycle de violences qui ont fait au moins 1000 morts, la plupart dans les affrontements qui ont suivi la dispersion par la force des rassemblements pro-Morsi au Caire, le 14 août.

Une centaine de policiers ont également été tués, tandis que des commissariats de police et des églises coptes étaient incendiés par des partisans du président déchu.

Dans le même temps, la répression a conduit à l'arrestation de près de 2000 militants et responsables islamistes.

PLUS:rc