Les impressions de Véronique Cloutier sur la sortie en kiosque du magazine Véro

Publication: Mis à jour:

Le voici, le voilà. À peine sorti des presses, encore tout chaud, le nouveau magazine Véro arrive sur nos tablettes ce vendredi, 20 septembre. Conçue par TC Media et élaborée autour de la personnalité de Véronique Cloutier, la publication paraîtra quatre fois par année et sera distribuée à quelques 120 000 exemplaires. Le premier numéro s’articule autour de la thématique La vie à la folie!, et les suivants seront lancés en novembre 2013, et en février et mai 2014.

Le lancement officiel a eu lieu mercredi soir, dans une ambiance faste et glamour, mais Véro l’a répété à plusieurs reprises : le magazine qui porte son nom s’adresse à toutes les femmes et se veut très accessible. Et le défi de tenter une incursion dans le très contingenté univers de l’édition québécoise n’effrayait pas l’étoile de Rythme FM et d’Ici Radio-Canada Télé, rassurée par la présence d’une solide équipe de professionnels autour d’elle.

« Je ne me suis pas levée un matin en disant : “Et si on faisait un magazine sur moi?”, a expliqué Véronique. On a discuté de cette possibilité avec TC Media suite au succès de l’édition spéciale d’Elle Québec sur notre mariage, à Louis (Morissette) et moi. C’avait bien fonctionné, c’a été une belle rencontre, et le projet est parti de là. On m’a expliqué qu’il y a toujours de la place sur le marché pour une marque. Par exemple, le magazine de Ricardo continue de progresser, il ne s’essouffle pas, même après toutes ces années. Quand il y a une personnalité rattachée au produit, c’est facile de trouver sa place. C’est dans cette optique qu’on l’a fait. Et on arrive avec beaucoup d’humilité ! On investit toute notre énergie, on fait le mieux possible, et ensuite, on se croise les doigts et on espère trouver notre lectorat. »

Et qu’est-ce qu’on trouve, dans ce « monde de Véro » en papier glacé? Une multitude de sujets variés, tous inspirés des intérêts et des valeurs de l’ambassadrice. Son styliste, son maquilleur, son entraîneur et sa mère auront tous leur page dans les portions Mode, Beauté, Santé et Recevoir. Les segments Nos buzz, Femmes club, Psycho, Carnet pratique et Planète hommes balaieront les grandes tendances et questions sociétales de l’heure et offriront trucs et conseils à appliquer au quotidien. La psychologue Élise Castonguay, le chroniqueur de La Presse Vincent Marissal, l’animateur Patrick Marsolais et la chanteuse Marilou, à la tête du blogue culinaire Trois fois par jour, apporteront aussi leur grain de sel. On vise avec Véro sensiblement le même public qui écoute l’animatrice à la radio, à Rythme FM, et qui regardera son documentaire, Véro inc., à Canal Vie.

« C’est un mélange d’un paquet de choses, a spécifié Véro. Le mot qu’on garde constamment en tête, c’est l’accessibilité. On veut que ça reste grand public, ça ne doit pas être trop “champ gauche”. Donc, il y a de la mode, mais ce n’est pas trop fashion; il y a de la cuisine, mais ce n’est pas de la haute gastronomie, sans que ça soit du pâté chinois non plus. On garde un équilibre. »

« Je suis très fière de notre section Planète hommes, a-t-elle poursuivi. Je tenais vraiment à en avoir une à chaque parution. Moi, je vis avec un gars qui est un vrai gars, qui aime le hockey et qui ne lit pas vraiment les magazines de mode. Mais, inévitablement, il finit toujours par ramasser ceux qui traînent et par les feuilleter. Et c’est écrit de façon à plaire aussi aux filles. »

« On traite également de thèmes qui touchent la famille. Ce n’est pas un défaut de ratisser large. Je voulais que ce magazine soit comme une détente, recréer l’esprit qui se dégage lorsqu’on est seule chez soi, assise dans le lit, la lumière tamisée, et que les enfants sont couchés. Un peu de relaxation… On a besoin de ça dans nos vies! »

Implication totale
Pour mener à bien cette nouvelle aventure, Véronique Cloutier s’est impliquée de la tête aux pieds, c’est le moins qu’on puisse dire. Elle a contribué à chaque étape du développement de Véro et a approuvé la totalité du contenu. Chaque détail a été vérifié et contre-vérifié. Pendant la première année, c’est elle qui ornera la page frontispice du périodique, question de bien imposer la marque sur le marché. Puis, au fil du temps, d’autres personnalités seront à l’honneur, et Véro se fiera davantage à son équipe pour décider des grandes lignes de son « bébé ».

« Dans deux ans, je ne serai peut-être pas aussi impliquée qu’au premier numéro, a-t-elle admis. Mais ça ira de soi; on aura pris notre erre d’aller, et l’équipe va me connaître à la perfection. Dans cette première édition, il n’y a pas une couleur, pas un carré, pas une ligne que je n’ai pas approuvés. Quand on sera installés, je vais approuver les sujets et les personnes à interviewer, mais je ne serai pas là pour tous les aspects. »

Et que les compétiteurs se rassurent : Véronique Cloutier continuera quand même de parler à tous les médias et ne boudera personne, même si elle bénéficie maintenant de son propre véhicule promotionnel.

« On va paraître juste quatre fois par année, alors je continuerai de passer mes messages à travers les médias qui voudront bien de moi, a-t-elle ricané. On ne sortira pas de primeurs. Mais mon exposition sera surtout concentrée là. Pour les autres magazines, je sais que je deviens une compétition à partir d’aujourd’hui. Donc, une élimination naturelle va se faire, et je serai moins sollicitée ailleurs, par Châtelaine et Elle Québec, par exemple. Et ça fait mon affaire. »

Véro compte 180 pages et sera disponible partout en kiosque. On aura aussi accès à certains contenus en ligne (www.veromagazine.ca) et une version pour tablettes numériques sera aussi proposée à la fin septembre.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Gémeaux 2013: tapis rouge
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction