NOUVELLES

Hôpital Chauveau : le Collège des médecins enquête sur deux dossiers

19/09/2013 06:16 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Le Collège des médecins du Québec a ouvert deux enquêtes sur deux médecins de l'urgence de l'hôpital Chauveau à Québec en lien avec deux événements survenus la semaine dernière et rapportés dans les médias.

D'abord, un patient est décédé quelques heures après s'être présenté à cette urgence. Dominic Cantin, âgé de 34 ans, est mort dans son sommeil après avoir été renvoyé chez lui vers 21 h 30. Les médecins n'avaient rien décelé d'anormal et le personnel lui avait demandé de rentré chez lui puisque l'urgence ferme à 22 h.

Dans le second cas, l'urgentologue n'a pas diagnostiqué la sclérose en plaques chez un patient.

Le président du Collège des médecins, Charles Bernard, confirme que le syndic a ouvert deux enquêtes après avoir pris connaissance des événements dans les médias.

« On n'est pas obligé d'avoir un signalement d'une tierce personne ou une plainte. Si le syndic voit qu'il y a une situation qui est problématique, de son propre chef, il ouvre une enquête », explique M. Bernard.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, n'a pas l'intention d'intervenir. « C'est un enjeu de qualité de l'acte médical. Je vais laisser les autorités compétentes, le Collège des médecins et le Conseil des médecins et dentistes, procéder aux évaluations qu'ils jugent appropriées », a indiqué le ministre.

Enquête interne

Le Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord poursuit de son côté une enquête interne sur le décès de Dominic Cantin. Les résultats préliminaires devraient être dévoilés d'ici une quinzaine de jours.

Dans le cas du diagnostic de sclérose en plaques, le directeur des Services professionnels du CSSS soutient qu'il peut être difficile à poser.

« La sclérose en plaques, c'est un diagnostic assez complexe sur le plan neurologique et médical. Ça demande de l'instrumentation nettement supérieure à ce dont on dispose à l'urgence. C'est sûr que l'évaluation des symptômes aussi est très difficile, très complexe », explique Dr. André Roy.

Le directeur soutient par ailleurs que l'heure de fermeture de l'urgence, 22 h, n'est pas en cause dans les événements qui font l'objet d'enquête.

PLUS:rc