NOUVELLES

Duel au sommet

19/09/2013 09:02 EDT | Actualisé 19/11/2013 05:12 EST

Jamais 59 sans 60 ? C'est la question à résoudre dimanche après-midi à Québec.

Un texte d'Antoine Deshaies

Comme l'an dernier, Carabins et Rouge et Or s'affronteront pour le premier rang du classement québécois. Comme l'an dernier, les Carabins voudront mettre fin à la séquence d'invincibilité du Rouge et Or sur son terrain. Ce serait une première depuis 2004.

Si le Rouge et Or l'emporte, ce sera une soixantième victoire de suite.

« On donne vraiment tout quand on joue à Québec, explique le receveur de passe des Carabins Mikhaïl Davidson. On veut vraiment briser leur séquence. »

Les deux équipes ont leur lot de blessés. Laval en défense, Montréal en attaque.

La bataille de tranchées s'annonce particulièrement relevée entre la ligne offensive lavalloise et le front défensif montréalais. « Ce sera force contre force, analyse Glen Constantin. Ce sera un grand défi pour ces deux unités-là. »

Selon plusieurs, la ligne offensive du Rouge et Or est la meilleure du pays. Et difficile de parier contre la défense des Carabins qui a limité l'attaque de St-Mary's à des pertes nettes de 24 verges la semaine dernière.

Les Carabins ont profité du match pour inscrire un record d'équipe avec 11 sacs du quart.

Le ballon à Grenon

C'est Tristan Grenon qui aura la douloureuse mission d'éviter les blitz montréalais. Le joueur de cinquième année a toutefois été retiré du match au troisième quart samedi dernier contre Acadia.

En relève, le jeune Alex Skinner a bien réussi avec six passes complétées en sept tentatives et une passe de touché. L'Ontarien a toutefois échappé le ballon sur un troisième essai.

« C'est clair que la laisse sera plus courte avec Tristan, affirme Constantin. Mais il demeure notre homme de confiance et je suis convaincu qu'il pourra relever le défi. »

Habituellement première de classe, l'attaque aérienne lavalloise peine à trouver son rythme en ce début de saison. Elle se classe au 25e rang au pays parmi les 27 formations universitaires.

Pas de panique dit le receveur Guillaume Rioux. « Les gens oublient qu'en début de saison l'an passé, ce n'était pas plus chic que ça et on a explosé après trois matchs. On s'en est sorti et on a gagné le championnat national. Ça me sert de motivation. »

À l'opposé, les Carabins sont cinquièmes au pays pour ce qui est de la moyenne de points marqués par match, 11 rangs devant Laval. Un peu beaucoup grâce aux porteurs de ballon qui galopent en moyenne sur 239 verges.

L'attaque montréalaise produit plus, même si les bleus n'ont toujours pas identifié un quart numéro un. Gabriel Cousineau et Pierre-Luc Varhegyi ont tous les deux joué au moins un quart complet dans les trois premiers matchs. Le scénario pourrait se répéter.

Les deux fouleront le terrain du Rouge et Or pour la première fois. « Les deux sont calmes et rarement nerveux avant les matchs, soutient le receveur de passe Mikhaïl Davidson. On s'entraîne avec du bruit, je ne suis pas inquiet qu'ils seront prêts dimanche. »

« Même sans jouer, ils ont connu l'atmosphère du Stade Telus, ajoute Danny Maciocia. On va courir beaucoup avec le ballon, mais je suis confiant qu'ils sauront trouver les receveurs. »

Trois gros bonhommes manquants

Déjà privés du porteur étoile Rotrand Sené et des joueurs de ligne Simon Légaré et David Foucault, les Carabins ont perdu deux autres cartouches de leur attaque, samedi.

Le joueur de ligne Alexandre Laganière s'est blessé à la cheville et ne fera pas le voyage à Québec. Le porteur Nicolas Dubeau, appelé à remplacer Rotrand Sené, s'est quant à lui blessé au genou.

En fait, plus de la moitié des joueurs partants en attaque ne pourront prendre part au match. Danny Maciocia a même annoncé que Sené ne reviendrait pas au jeu avant la fin du mois d'octobre. Ces absences font mal, mais ouvrent des portes.

« Nos trois joueurs de ligne à l'attaque sont nos trois joueurs les plus expérimentés, dit Maciocia. On perd beaucoup de leadership. J'ai confiance qu'ils pourront ouvrir des brèches pour nos jeunes porteurs Sean Thomas-Erlington et Manuel Crisi-Lauzon. »

Pour bien des jeunes, ce sera un véritable baptême de feu.

Le Vert & Or n'a plus le choix

Finaliste à la Coupe Dunsmore l'an passé, le Vert & Or est déjà menacé d'être exclu des séries.

La troupe de David Lessard, qui a perdu ses trois premiers matchs de la saison, n'a plus le droit à l'erreur. Vendredi, les Verts doivent absolument battre les Redmen au Stade Percival Molson.

Dans le camp sherbrookois, on refuse de presser le bouton panique. 

« On a vu des bonnes choses dans les trois matchs, maintenant on doit offrir une performance plus équilibrée, confie Lessard, l'entraîneur-chef. Nous devons être plus disciplinés si on veut espérer l'emporter. »

« On n'est pas nerveux, ajoute le secondeur Antoine Vaillancourt. Notre fiche ne nous ajoute pas de pression. On va se présenter pour gagner, comme à tous les matchs. »

Dans le troisième match de la fin de semaine, les Gaiters de Bishop's vont tenter de remporter une troisième victoire en quatre matchs samedi contre les Stingers de Concordia, sans victoire en 2013.

NB: Dans l'extrait ci-dessous des commentaires d'avant-match, on entend dans l'ordre Glen Constantin, Guillaume Rioux, Danny Maciocia, Byron Archambault et Mikhail Davidson.

PLUS:rc