NOUVELLES

Feu vert de Québec pour puiser l'eau dans la Chaudière

18/09/2013 06:02 EDT | Actualisé 18/11/2013 05:12 EST

Après plus de deux mois d'attente, les villes de Lévis, Sainte-Marie et Saint-Georges ont obtenu le feu vert de Québec, mercredi, pour puiser leur eau potable dans la rivière Chaudière.

Les municipalités riveraines peuvent enfin tourner la page et rebrancher leurs réseaux d'aqueduc au cours d'eau. Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, indique qu'un certain nombre des conditions devaient être respectées pour reprendre l'approvisionnement dans la Chaudière.

« Les résultats d'analyse devaient confirmer que tous les niveaux sont largement acceptables. La deuxième condition, c'était qu'il y ait évidemment un programme de suivi de la qualité de l'eau et enfin, dans ce même esprit, nous avions déjà indiqué que les municipalités devraient se doter de plans B », affirme-t-il.

Les villes devaient donc se munir d'un réseau de secours pour la crue du printemps, qui pourrait déloger des hydrocarbures encore présents sur les rives. Cette mesure préventive permettra aux municipalités de fermer la prise d'eau de la Chaudière, si nécessaire.

À cet effet, Saint-Georges avait déjà les infrastructures nécessaires. Sainte-Marie a investi plus de 800 000 $ pour rendre permanente la solution temporaire de cet été. Lévis devra également investir des centaines de milliers de dollars pour consolider les infrastructures temporaires.

« Nous devons parer à toutes éventualités, penser à long terme et prévoir, dès maintenant, un plan B, qui consiste grosso modo à consolider les deux tiers des conduites d'alimentation en eau potable temporaires et incluant des pompes de surpression », précise la mairesse suppléante, Ann Ladouceur.

Le branchement à Lévis doit avoir lieu vendredi. À Sainte-Marie et à Saint-Georges, il se fera lundi prochain.

PLUS:rc