NOUVELLES

Procès contre les Rédemptoristes : témoignage bouleversant d'une 4e victime

17/09/2013 01:36 EDT | Actualisé 16/11/2013 05:12 EST

Une quatrième victime a livré un témoignage bouleversant mardi au procès en recours collectif contre les Rédemptoristes et le Séminaire Saint-Alphonse, à Sainte-Anne-de-Beaupré.

L'homme de 44 ans a raconté avec difficulté les agressions subies à répétition par deux pères et qui ont commencé peu de temps après son entrée au Séminaire en 1983, alors qu'il avait 14 ans.

La première agression a eu lieu dans le bureau du directeur de l'école, le père François Plourde. Le religieux l'avait convoqué pour lui proposer de faire du théâtre. Après lui avoir offert de jouer le rôle d'une femme dans une présumée pièce, le père lui demande d'enfiler une robe jaune et d'être nu en dessous.

Le père l'a ensuite attiré derrière son bureau avant de le sodomiser. « Je me souviens de la douleur, c'était incroyable », a raconté le témoin devant le tribunal.

Les agressions ont continué deux à trois fois par semaine, a-t-il précisé. Le directeur l'appelait à l'interphone pour le faire venir dans son bureau.

Avant de partir pour les vacances des fêtes, la jeune victime a confronté le directeur, lui demandant pourquoi il l'agressait ainsi. Le religieux s'est effondré et s'est mis à pleurer.

Le père Plourde s'est enlevé la vie pendant les vacances.

Au retour du congé, l'élève était sous le choc. Il se sentait responsable de sa mort. L'homme rapporte alors s'être confié à un autre religieux, le père Hervé Blanchet.

Dans la salle d'audience, l'avocat des victimes a alors présenté une photo du père Blanchet au témoin pour qu'il l'identifie. L'homme s'est alors effondré, indiquant qu'il allait vomir.

Après une pause, il a indiqué que plutôt de le réconforter, le père Blanchet en a profité pour l'agresser à son tour à plusieurs reprises. L'élève croyait alors qu'il s'agissait de sa punition pour la mort du père Plourde.

Pendant ses trois années passées au Séminaire Saint-Alphonse, la victime dit aussi avoir vu le père Raymond-Marie Lavoie, le seul religieux entendu à ce procès, agressé d'autres élèves. Il se rappelle aussi que le père Lavoie lui a empoigné les organes génitaux à une reprise. Se ravisant, le père aurait lancé : « T'es pas à moi ».

Les avocats des Rédemptoristes ont renoncé à le contre-interroger. Une cinquième victime témoignera mardi après-midi.

Le recours collectif, qui est entendu au palais de justice de Québec depuis la semaine dernière, vise toutes les personnes qui ont été abusées sexuellement par tout prêtre membre des Rédemptoristes entre 1960 et 1987, alors qu'elles étaient étudiantes au Séminaire Saint-Alphonse.

Dix-sept victimes doivent témoigner au procès.

PLUS:rc