NOUVELLES

Le NPD prêt à financer les recours contre la charte des valeurs

16/09/2013 04:57 EDT | Actualisé 15/11/2013 05:12 EST

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) est prêt à soutenir les personnes ou les organismes qui contesteraient devant les tribunaux la Charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois à Québec, si elle est adoptée.

Le chef de l'opposition officielle à Ottawa, Thomas Mulcair, a déclaré que son parti n'hésiterait pas à financer ces recours pour défendre d'éventuelles victimes de discrimination.

M. Mulcair a affirmé avoir discuté avec Julius Grey, avocat spécialisé dans les libertés individuelles, qui lui a indiqué son intention de défendre quiconque se dirait victime de l'application de cette charte.

Le chef néo-démocrate n'a pas précisé quels frais son parti accepterait de rembourser ou si Me Grey travaillerait bénévolement.

Joint au téléphone par La Presse Canadienne, Me Grey affirme avoir mentionné au chef du NPD « qu'il n'y aurait pas de profit à faire. Ce serait largement pro bono ».

Il a également indiqué que la question des recours légaux était hypothétique parce qu'on ne sait pas si la charte sera adoptée et sous quelle forme.

Une charte vouée à l'échec, selon Harper

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, ne donne pas cher de cette charte compte tenu de la position minoritaire du gouvernement de Pauline Marois à l'Assemblée nationale du Québec.

M. Harper a assuré que si une province devait adopter une législation discriminatoire, le fédéral agirait.

Tout en rappelant que les priorités des Québécois, comme du reste des Canadiens, tournent autour de l'économie, de la création d'emploi et de la lutte contre le crime, M. Harper a estimé que l'opinion publique sur la question était « en train de changer ».

Il a ajouté qu'il faisait confiance au « bon sens des Québécois dans ce débat ».

PLUS:rc