NOUVELLES

La nouvelle voix de l'opposition syrienne contre Al-Qaïda

16/09/2013 03:36 EDT | Actualisé 15/11/2013 05:12 EST

Le chef du nouveau gouvernement provisoire de l'opposition syrienne promet de lutter contre l'influence des combattants liés à Al-Qaïda qui ont exploité, selon lui, le vide politique créé par la disparition de l'autorité du régime de Bachar Al-Assad dans une large partie de la Syrie.

L'islamiste modéré Ahmed Toumeh a accordé, dimanche à Reuters, sa première entrevue depuis son élection, ce week-end, par la Coalition nationale syrienne (CNS) au poste de premier ministre par intérim.

Il a insisté sur le fait qu'il y avait désormais urgence pour les opposants de tenir tête à Al-Qaïda, à la fois sur le plan idéologique en démontrant que démocratie et islam ne sont pas incompatibles, et sur le plan pratique en rétablissant des services publics efficaces dans les régions tenues par les rebelles.

« En plus des destructions, des morts et des déplacements forcés infligés par le régime, le peuple souffre maintenant du comportement des militants [liés à Al Qaïda]", déplore ce membre de la Déclaration de Damas, un groupe d'opposants historiques qui avait contesté pacifiquement le régime de Damas avant le début de l'insurrection, en 2011.

« Les Syriens veulent fondamentalement la liberté, pas un despotisme plus grand », dit encore celui qui fut jeté dans les geôles d'Al-Assad de 2007 à 2010, après avoir professé la tolérance tout au long de sa carrière politique.

Ahmed Toumeh est le plus haut dirigeant de l'opposition à s'opposer ainsi publiquement au Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda dont les combattants, souvent mieux armés et organisés que ceux de l'Armée syrienne libre (ASL), ont pris un poids croissant au sein de la rébellion à mesure que le conflit s'enlisait.

Sa prise de distance fait écho à celle du chef d'Al-Qaïda, l'Égyptien Ayman Al-Zaouahri, qui vient d'appeler, dans un message audio, les djihadistes combattant sur le sol syrien à ne pas pactiser avec les groupes rebelles « alliés de l'Occident ».

« Défi idéologique »

Les opposants syriens, en particulier ceux qui sont issus de la mouvance islamiste, ont jusqu'à présent rechigné à critiquer ouvertement le Front Al-Nosra, qui a remporté d'importantes victoires militaires à Rakka, dans l'est du pays, mais aussi dans les provinces d'Alep et d'Idlib, dans le nord de la Syrie.

Des manifestations ont cependant éclaté à Rakka après l'enlèvement par des militants liés à Al-Qaïda d'opposants libéraux, et des combats ont opposé la semaine dernière des djihadistes à l'ASL dans la province orientale de Daïr az Zour, dont est originaire Ahmed Toumeh.

Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient

Pour le nouveau premier ministre intérimaire, l'opposition doit répondre au « défi idéologique » d'Al-Qaïda pour convaincre les Syriens qui ont rejoint l'organisation djihadiste de leur erreur.

« S'ils refusent [de la quitter], nous devrons trouver d'autres moyens de garantir la sécurité des Syriens et de leur assurer une vie digne », dit Ahmed Toumeh.

Selon lui, nombre de Syriens qui ont rejoint le Front Al-Nosra, rebaptisé cette année l'État islamique d'Irak et du Levant (EIIL), ne l'ont pas fait par conviction idéologique, mais parce que c'est le groupe qui fournit le plus d'armes, ainsi que des produits alimentaires de base aux habitants des zones qu'ils contrôlent.

« On leur a mis dans la tête que la religion ne peut avoir sa place que dans un État religieux. Ce n'est pas ce que dit l'islam », insiste l'opposant.

En sol syrien

Ahmed Toumeh entamera, dans les prochains jours, la formation de son gouvernement, qu'il entend baser dans le nord de la Syrie, malgré les risques de bombardements par les forces de Bachar Al-Assad.

« Il y a eu tellement de gens à mourir pour la liberté que nous devons partager ce risque », explique-t-il.

Le premier ministre par intérim se fixe comme premier objectif de prendre le contrôle des postes frontaliers avec la Turquie, pour l'instant aux mains de multiples groupes insurgés, afin de sécuriser les lignes d'approvisionnement.

« À partir de ce moment-là, nous pourrons progressivement rétablir la sécurité dans les zones libérées et relancer les services de base, le système de santé et l'éducation », veut-il croire.

Reuters

PLUS:rc