NOUVELLES

La franchise de Regier

16/09/2013 12:02 EDT | Actualisé 15/11/2013 05:12 EST

Du haut de ses 16 ans à la tête des Sabres de Buffalo, Darcy Regier n'a pas peur de livrer le fond de sa pensée. Le directeur général en a donné tout un exemple dimanche, avant le duel contre le Canadien.

Il était question de la gestion des jeunes défenseurs de l'organisation, plus particulièrement des choix de premier tour de l'équipe au dernier repêchage, Rasmus Ristolainen (8e) et Nikita Zadorov (16e).

La question était donc: les Sabres ont-ils appris des leçons dans l'aventure de Tyler Myers qui seraient applicables aux futurs jeunes arrières de l'organisation?

« Oui, il y en a une, a répondu Regier. Ne leur donnez pas trop d'argent trop tôt! »

La réponse a de quoi étonner, d'abord parce que le DG admet une erreur, puis parce que ledit Myers est toujours à l'emploi des Sabres! Regier a ensuite détaillé ses propos.

« Myers est un individu de très grande qualité, mais il y a une réalité dans notre industrie. Tu prends un jeune homme qui apprend son métier, recrue de l'année dans son cas (en 2010), et il passe d'un million de dollars par année et l'incertitude du prochain contrat, à 20, 30, 40 millions de dollars (7 ans et 38,5 millions pour Myers).

« Ce n'est pas qu'une question d'argent, c'est aussi les attentes. Certains jeunes passent par-dessus et apprennent à vivre avec un tel contrat, mais c'est rarement sans connaître des passages à vide. »

À Buffalo, à Rochester, en Finlande?

Cela dit, malgré les déboires qu'a connus Myers depuis sa première saison magique, les Sabres n'ont pas peur de faire confiance à des jeunes à la ligne bleue. Si tout se déroule rondement, Ristolainen pourrait donc faire partie de la brigade défensive de l'équipe dès cette saison.

« Mon but est de passer l'année avec les Sabres de Buffalo, a dit le Finlandais de1,93 m (6 pi 4 po), avant le match de dimanche. Si ça ne fonctionne pas, on verra, mais si tout va bien, et j'ai confiance en mes moyens, je serai meilleur de jour en jour. »

Se sent-il prêt? « Je crois que oui, mais on s'en reparlera après quelques matchs! »

Le simple fait qu'il participe au camp, au lieu de jouer avec le TPS Turku, avec qui il détient un contrat valide cette saison, en dit long sur les intentions des Sabres. Car malgré ses 18 ans, Ristolainen compte déjà deux ans d'expérience professionnelle en Finlande, dans la meilleure ligue du pays, avec des adultes.

« Les deux sont gros, mais ont des styles différents, explique Regier au sujet de Ristolainen et Zadorov. Ristolainen, ça paraît qu'il a joué avec des hommes. Il se positionne bien, il lit bien l'espace et le temps dont il dispose. Zadorov cherche encore ça, mais il possède beaucoup d'habiletés et il patine bien. Mais il n'est pas aussi avancé dans son développement. C'est simple : Ristolainen a joué avec les hommes et Zidorov a joué avec les juniors (avec les Knights de London). »

Comme Zadorov joue dans la Ligue junior de l'Ontario, il ne pourrait pas être renvoyé dans la Ligue américaine. Il semble donc assuré qu'il poursuivra son apprentissage à London. En revanche, les Sabres pourraient retenir les services de Ristolainen, quitte à l'envoyer dans la Ligue américaine si des problèmes surgissent en cours de saison.

« On a la flexibilité de le garder au niveau approprié. Ça dépendra à quel point il est loin de la LNH, si on pense qu'il peut jouer cette année ou non », dit Regier, au sujet de Ristolainen.

Et Grigorenko?

Après avoir goûté à la LNH pendant 25 matchs la saison dernière avant d'être renvoyé dans la Ligue américaine, Mikhail Grigorenko devrait avoir la chance de s'installer à temps plein parmi les grands.

Dimanche, il a d'ailleurs évolué dans un trio avec Steve Ott et Ville Leino, dans ce qui pourrait ressembler au deuxième trio de l'équipe cette saison. L'ancien des Remparts, 12e choix au total en 2012, doit simplement prouver qu'il mérite de rester parmi l'élite.

« Ça commence ce soir, expliquait Regier dimanche après-midi. Je me souviens d'avoir été à Québec pour ses deux premiers matchs l'an passé. Je me souviens d'où il en était. Je l'ai vu au mondial junior. Et j'ai vu où il en était avec nous la saison dernière. C'est une progression. »

PLUS:rc