NOUVELLES

Mobilisation pour la hausse du salaire minimum en Ontario

14/09/2013 05:49 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST

Des militants contre la pauvreté ont manifesté, samedi, dans plusieurs villes ontariennes pour demander au gouvernement de Kathleen Wynne d'augmenter le salaire minimum, qui est gelé depuis trois ans.

« Des corporations [...] refusent de monter le salaire minimum », a dénoncé Charles Tossell, qui manifestait devant un magasin de jouets de Sudbury. Comme bien d'autres, il reproche au gouvernement libéral au pouvoir de ne pas avoir augmenté le salaire minimum depuis 2010.

Des passants étaient aussi invités à signer une pétition pour faire pression sur le gouvernement.

La Coalition antipauvreté de Sudbury affirme que les revenus annuels d'un travailleur à temps plein au salaire minimum sont de 20 % inférieurs au seuil de la pauvreté. C'est pourquoi elle demande à la province de faire passer le salaire minimum de 10,25 $ à 14,00 $ l'heure.

Dans leur lutte, les militants font face au monde des affaires, dont plusieurs regroupements ont déjà établi leurs positions.

Par exemple, le Conseil canadien du commerce de détail milite activement pour que le taux horaire soit maintenu à 10,25 $. C'est d'ailleurs cette récente prise de position qui a motivé des groupes à organiser des manifestations à Toronto, Windsor et Sudbury.

De son côté, la Chambre de commerce de l'Ontario est plus nuancée. Elle est pour une hausse modérée du salaire minimum.

Une question à l'étude

La journée de mobilisation de samedi se déroulait alors qu'un comité consultatif provincial s'apprête à étudier la question, comme l'a promis la première ministre en juillet.

Kathleen Wynne avait alors créé le comité consultatif, qui a commencé sa tournée des régions en septembre.

Ces consultations s'arrêteront dans la plupart des grandes villes de la province d'ici la fin de l'année.

PLUS:rc