NOUVELLES

Une rare défaite de l'Impact à domicile contre le Crew de Columbus

14/09/2013 04:07 EDT | Actualisé 14/11/2013 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Ceux qui en doutaient encore seront maintenant convaincus: le Crew de Columbus est bel et bien la bête noire de l'Impact de Montréal.

Même Marco Schallibaum l'a reconnu d'emblée après la défaite de 2-1 du onze montréalais contre le Crew, samedi au stade Saputo. Celle-ci a été subie devant 20 210 spectateurs déçus même si Marco Di Vaio a prolongé sa bonne séquence en inscrivant son 18e but de la saison, un septième à ses cinq plus récentes sorties.

«C'est fou. Columbus est notre bête noire comme nous sommes un peu la bête noire de Kansas City», a dit l'entraîneur-chef de l'Impact, en faisant allusion à la fiche de 3-2-1 des Montréalais depuis deux ans contre le Sporting, considéré comme un des clubs d'élite de la MLS.

«C'est le sport. Une équipe peut être notre bête noire une année, puis la saison suivante c'est tout autre chose.»

En attendant de se consoler avec le prochain duel contre Kansas City — ça ira à l'an prochain, ou encore dans les séries cet automne —, l'Impact devra vivre avec une triste réalité: le Crew lui fait la vie dure.

Ç'a été encore le cas, samedi, alors que Federico Higuain a réussi deux passes décisives en deuxième demie, ses septième et huitième de la saison, pour permettre au Crew d'effacer un déficit de 1-0 — résultat d'un rare but de la tête de Di Vaio, à la 23e — et de s'imposer pour la deuxième fois en trois matchs (2-0-1) contre l'Impact cette année. Le Crew a fait match nul 1-1 le 14 avril dernier à Montréal, et récolté une victoire de 2-0 à Columbus le 15 juin.

Depuis deux ans, l'Impact a une fiche de 1-4-1 contre cette formation.

«C'est très difficile à expliquer, a reconnu Schallibaum. C'est une équipe qui joue très bien et Higuain est un joueur intelligent, qui a souvent le don de rejoindre (Dominic Oduro).»

C'est justement ce qu'a fait Higuain, encore samedi, quand il a permis à Oduro d'enfiler le but vainqueur à la 78e minute de jeu. Celui-ci a inscrit son 10e de la saison quand Higuain l'a rejoint et lui a permis de prendre un pas d'avance sur la défensive montréalaise — Matteo Ferrari croyait dur comme fer au hors-jeu — et de toucher au ballon juste assez pour que celui-ci roule lentement derrière Troy Perkins.

À la 66e, Higuain a aidé Chad Marshall à marquer son premier but de la saison quand il lui a envoyé un long coup franc au deuxième poteau. Marshall s'est élevé haut dans les airs, au milieu de plusieurs joueurs montréalais, pour effectuer une reprise de tête qu'il a poussée au-delà de la portée de Perkins.

«Higuain a fait une grande différence, a noté Davy Arnaud, qui a encore une fois joué sur le flanc gauche. Nous les avons laissés revenir dans le match lors d'un coup franc, alors que pourtant, cette semaine, nous avions parlé de l'importance de se concentrer sur cette phase de jeu-là parce qu'ils y excellent.

«Après ce premier but, leur confiance s'est décuplée, a ajouté le capitaine de l'Impact. C'est important pour nous d'aller chercher tous les points disponibles quand on joue à la maison, mais ils sont devenus très affamés parce qu'ils tentent de revenir dans la course pour une place en séries.»

L'Impact, de son côté, s'est fait déloger du premier rang de son association, se retrouvant à trois points du sommet à la suite de la victoire de 2-0 des Red Bulls de New York face au Toronto FC, samedi soir. Montréal demeure à égalité au deuxième rang avec Kansas City, équipe qui a congé ce week-end.

Jouant devant une foule de plus de 20 000 spectateurs pour un cinquième match local d'affilée, le onze montréalais a subi seulement sa deuxième défaite à domicile de la saison, sa première depuis le 29 juin face aux Rapids du Colorado. Il a maintenant une fiche de 9-2-3 devant ses partisans cette année.

«On a eu des tonnes d'occasions en première demie et peut-être qu'une autre journée, nous aurions pris une avance de 2-0 ou 3-0 à la mi-temps, a noté Arnaud. C'est le soccer. Marquer des buts est difficile, nous n'allons pas en marquer trois ou quatre à chaque fois. L'important, c'est de créer des occasions, et nous l'avons fait.

«En deuxième demie, nous avons cherché à mettre le match hors de portée mais dans les cas où ça n'arrive pas, il n'y a rien de mal à protéger une avance d'un but, a ajouté le capitaine. Il faut être capable de défendre assez bien, dans les cas où nous sommes incapables d'inscrire le but d'assurance, pour obtenir quand même les trois points.»

«On n'a pas joué notre meilleur match mais on a quand même contrôlé le jeu, alors qu'ils n'ont rien fait, a souligné Di Vaio. Ils ont marqué deux buts sur trois frappes. Il faudra bien réagir dans les prochains matchs.»

L'Impact aura une chance d'afficher sa réaction samedi prochain en championnat de la MLS quand il recevra les Whitecaps de Vancouver, mais avant il poursuivra sa séquence fort occupée de cinq matchs en 15 jours, mardi, quand il rendra visite aux Earthquakes de San Jose dans le cadre de la Ligue des Champions de la CONCACAF.

INOLTRE SU HUFFPOST

Défaite de l'Impact le 14 septembre 2013