NOUVELLES

Charte : « On n'a pas de leçon à recevoir du reste du Canada » - Drainville

14/09/2013 03:29 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

Le Canada anglais n'a pas à s'immiscer dans le débat sur la Charte des valeurs québécoises, selon Bernard Drainville.

Le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne du Québec a répondu aux critiques suscitées par son projet ailleurs au pays dans une entrevue dimanche à l'émission Les Coulisses du pouvoir sur Ici Radio-Canada Télé.

Certains médias anglophones ont associé cette charte à une étroitesse d'esprit de la part du mouvement souverainiste. Le centre hospitalier Lakeridge Health d'Oshawa, en Ontario, a même publié une publicité de recrutement où l'on voit une femme musulmane portant le hijab et où il est écrit que ce n'est pas ce qu'elle a sur la tête qui est important, mais ce qu'elle a dedans.

Bernard Drainville fait plutôt valoir qu'il est sain d'avoir un débat sur la question du port de signes religieux ostentatoires dans les institutions publiques et que le Québec a réussi à intégrer de nombreuses communautés culturelles au fil des ans.

« On n'a vraiment pas de leçon à recevoir du reste du Canada en matière d'accueil et d'intégration. Et quand j'entends certains des commentaires, je leur dis voulez-vous s'il vous plaît baisser le ton un petit peu, respecter le droit que nous avons d'en débattre. Vous pouvez décider de faire des choix différents et on va les respecter, mais respectez nos choix également. On a le droit de les faire. »

Des appuis hors Québec

À son avis, le débat au Québec sur le port de signes religieux ostentatoires par les employés des institutions publiques devrait servir de modèle aux autres provinces canadiennes. Il s'appuie sur un sondage de Forum Research publié le 24 août selon lequel 42 % des personnes interrogées disent appuyer cette disposition contenue dans le projet de charte des valeurs québécoises, alors que 47 % la désapprouvent. La question a été posée par téléphone à 1189 personnes sélectionnées au hasard. La marge d'erreur est de 3 %, 19 fois sur 20.

« J'entends les commentateurs et j'ai l'impression que c'est juste au Québec que le débat se fait, mais il y a beaucoup de citoyens qui se posent des questions également dans le reste du Canada. Donc, il y aurait un appétit pour que ce débat-là se fasse également ailleurs au pays parce que l'opinion publique canadienne visiblement n'est pas nécessairement d'avis avec l'espèce de grand consensus politique qu'on a vu chez les partis fédéraux. »

Le ministre ajoute avoir reçu quelque 60 000 commentaires par l'entremise du site web faisant la promotion de la Charte des valeurs québécoises durant les trois premiers jours après son dévoilement.

Quant à la démission de la députée bloquiste Maria Mourani, il refuse de parler de fractionnement du mouvement souverainiste et assure que le caucus du Parti québécois demeure quant à lui au diapason.

PLUS:rc