NOUVELLES

Les auteurs d'un viol collectif condamnés à mort en Inde

13/09/2013 05:13 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST

En Inde, les quatre hommes reconnus coupables du viol collectif et du meurtre d'une étudiante ont été condamnés à la peine de mort par pendaison.

« Je suis très heureux que justice ait été rendue pour notre fille », a dit le père de la victime. L'homme ne peut pas être identifié, parce que la loi indienne protège l'identité des victimes de viol.

En prononçant la sentence, le juge a affirmé que « la Cour ne peut pas fermer les yeux » sur de tels crimes, ajoutant que l'attaque « a choqué la conscience collective » de l'Inde.

« Ce n'est pas la victoire de la vérité. Mais c'est la défaite de la justice », a lancé un avocat de la défense au juge.

Les avocats de la défense ont annoncé qu'ils feraient appel en accusant la justice d'avoir cédé à la pression populaire et politique. Des recours devant la Haute Cour puis devant la Cour
suprême pourraient retarder de plusieurs années l'exécution des quatre condamnés. Ils peuvent aussi solliciter une grâce auprès du chef de l'État.

L'étudiante de 23 ans avait été violée puis agressée avec une barre de fer dans un autobus à New Delhi, en décembre, alors qu'elle rentrait du cinéma avec son ami. Elle était morte de ses blessures deux semaines plus tard.

Ce crime avait déclenché une vague d'indignation dans le pays, et ailleurs dans le monde. Des dizaines de milliers d'Indiens étaient descendus dans les rues pour manifester leur colère.

La famille de la victime et de nombreux politiciens réclament l'exécution des hommes condamnés depuis un certain temps déjà.

Le mois dernier, un cinquième suspect a été condamné à trois ans de prison, la peine minimale pour un mineur. L'homme avait 17 ans au moment des faits.

Un viol est signalé toutes les 21 minutes en Inde et les attaques à l'acide contre les femmes sont fréquentes.

Par ailleurs, si la justice indienne prononce en moyenne 130 condamnations à mort par an, seules trois personnes ont été exécutées au cours des 17 dernières années au pays. L'Inde a cependant voté en 2012 contre un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur un moratoire mondial des exécutions.

PLUS:rc