NOUVELLES

Bombardier: Le vol inaugural de la CSeries aura lieu lundi

13/09/2013 06:14 EDT | Actualisé 13/11/2013 05:12 EST
Bombardier

MONTRÉAL - Des années d'efforts seront vraisemblablement mises à l'épreuve lundi, lorsqu'un avion de la CSeries de Bombardier prendra son envol pour la toute première fois, neuf mois plus tard qu'initialement prévu.

Alors que se déroulaient vendredi après-midi les derniers essais au sol de l'appareil, l'avionneur montréalais prévoyait effectuer cette première envolée lundi. L'heure précise du vol sera confirmée 24 heures à l'avance.

La compagnie dit privilégier un vol le matin.

«C'est une très grande journée pour Bombardier Aéronautique», a affirmé le porte-parole Marc Duchesne en entrevue.

«C'est un tout nouveau marché qui s'ouvre pour Bombardier dans la catégorie des avions commerciaux à couloir unique d'une capacité de 100 à 160 passagers.

Il s'agit donc d'un tout nouveau chapitre de l'histoire aéronautique de Bombardier que nous allons confirmer, lundi, avec ce premier vol.»

Les prévisions météorologiques avancent pour lundi un ciel variable et des vents d'environ 20 kilomètres à l'heure, avec une probabilité de précipitations de 30 pour cent.

Des estrades ont été aménagées pour les employés ainsi que pour certains fournisseurs et clients, afin qu'ils puissent être témoins de cette importante étape, qui sera retransmise en direct sur le site internet www.cseriesfirstflight.bombardier.com.

Bombardier (TSX:BBD.B) a prévu enregistrer une émission de télévision, avec des commentateurs de l'entreprise, d'universités et de certains fournisseurs de pièces. Une conférence devrait être donnée environ une heure après le vol, qui pourrait durer entre 45 minutes et trois heures.

Le troisième plus grand fabricant d'avions a misé gros sur cet avion commercial de 100 à 160 sièges, analyse Karl Moore de la Faculté de gestion Desaultels de l'Université McGill.

«C'est très critique pour (Bombardier). (...) Sur la plan de l'avionnerie, c'est une partie centrale de leur avenir», a-t-il déclaré en entrevue.

Bombardier s'attend à ce que le nouvel appareil, développé grâce à un programme de 3,5 milliards $ US, génère entre cinq et huit milliards $ US de revenus annuels additionnels, ce qui contribuerait à faire augmenter le prix de son action.

Les deux versions de l'avion font déjà l'objet de 177 commandes fermes de la part d'une dizaine de clients, mais ce nombre grimpe à 388 appareils si on y ajoute les options et les lettres d'intention. À moins de nouveaux reports, les premières livraisons d'avions CS100 sont attendues dans environ un an, tandis que celles du plus grand CS300 devraient suivre à la fin de 2014.

Selon M. Moore, le premier vol est très symbolique en raison d'années d'essais virtuels et au sol, mais il marque le début d'une année d'essais en vol.

«Sur un certain niveau, c'est un non-événement parce que l'avion fonctionnera, c'est sûr. Mais je pense que c'est le symbole derrière tout ça, qui leur permet de passer à travers cette phase, de collecter l'information dont ils ont besoin et de commencer la production.»

Les essais en vol viseront à confirmer les économies de carburant et d'opérations promises, qui sont la clé du succès à long terme de l'appareil. Bombardier s'attend à ce que l'appareil, fait en partie de composite, soit 15 pour cent moins cher à opérer et qu'il brûle 20 pour cent moins d'essence que les appareils de grosseur semblable présentement utilisés.

Ces économies sont en partie dues aux moteurs de Pratt & Whitney. Bombardier inaugure le CSeries avec un peu d'avance sur ses compétiteurs, mais les économies générées sont un peu moins prononcées que celles constatées sur leurs appareils remotorisés.

Walter Spracklin, de Marchés des Capitaux RBC, s'attend à ce que les commandes affluent durant la première moitié de 2014 après que les informations de vol compilées sur trois mois confirme les économies promises. Le plus grand potentiel commercial viendra une fois que l'avion sera en service, a-t-il ajouté.

Selon lui, Air Canada, une compagnie aérienne chinoise, Flydubai et Swiss Air sont les premiers clients potentiels.

M. Duchesne s'attend à ce que les commandes augmentent après le premier vol, et l'entreprise n'est pas inquiète du retard de neuf mois.

«Si on compare ça aux compétiteurs européens et américains, on est en très bonne position», a-t-il affirmé.

INOLTRE SU HUFFPOST

La CSeries de Bombardier