NOUVELLES

Des parents abandonnent via Facebook leurs enfants adoptés

12/09/2013 12:14 EDT
Getty

C'est une histoire d'horreur, de cynisme et de déresponsabilisation parentale que l'agence Reuters a dévoilée cette semaine. Aux États-Unis, des parents abandonnent leurs enfants adoptés à des couples trouvés via des groupes Facebook. Comme des chiens.

Ainsi, des parents désabusés devant un enfant difficile entrent en contact avec des parents qui cherchent à adopter. La «transaction» se fait en dehors de tout cadre juridique ou de présence des autorités. Seul un document notarié témoigne que l'enfant a bel et bien été donné au nouveau couple.

Dans un exemple rapporté par Reuters, un couple cherchait à donner une fillette de 8 ans adoptée en Chine. La jeune fille «nous pose beaucoup de difficultés depuis notre retour à la maison», écrivaient les parents. Elle avait été adoptée cinq jours plus tôt.

Bien entendu, la pratique a mené à de graves dérapages. Ainsi, une adolescente adoptée au Libéria, nommée Quita, a été laissée à un couple vivant dans une maison mobile. La seule garantie donnée par les nouveaux parents était un faux document qui attestait de la visite d'un travailleur social. «Les gens autour de moi croient que je suis géniale avec les enfants», avait également assurée la nouvelle mère dans un courriel.

Selon la version de Quita, les nouveaux «parents» l'ont invitée à dormir dans leur lit dès le premier soir. La mère dormait nue.

L'enquête de Reuters a dévoilé que les autorités avaient retiré les enfants biologiques de la mère. Lorsqu'un shérif a retiré le second enfant biologique du couple, il a écrit que les parents présentaient «de sévères problèmes psychiatriques avec des tendances violentes».

Les nouveaux parents ont également été accusés d'abus sexuels par des enfants, bien qu'ils ne furent jamais accusés.

Vous pouvez consulter le reportage complet de l'agence Reuters, en anglais, en cliquant ici.

À lire également, le texte de notre blogueur sur le sujet: Adopter un enfant, puis le rendre.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Enfants portés disparus au Québec