NOUVELLES

Baumgartner : la peine la plus sévère depuis 1962

11/09/2013 03:09 EDT | Actualisé 10/11/2013 05:12 EST

L'ex-employé de l'entreprise de sécurité G4S Travis Baumgartner a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 40 ans, mercredi à Edmonton, pour une fusillade qui a coûté la vie à trois de ses collègues et qui en a blessé un autre au centre HUB de l'Université de l'Alberta en juin 2012.

Lundi, Travis Baumgartner a plaidé coupable aux accusations de meurtre prémédité d'Eddie Rejano, 39 ans et de meurtre non prémédité de Michelle Shegelski et Brian Ilesic, âgés respectivement de 26 et 35 ans. Il a aussi plaidé coupable à une accusation de tentative de meurtre de Matthew Schuman.

L'homme de 22 ans écope ainsi de la peine la plus sévère jamais donnée au Canada depuis 1962.

Cette peine avait été conjointement proposée par la Couronne et par la défense, au début de la semaine. La proposition se basait sur des changements apportés à la loi fédérale en 2011 pour cumuler les périodes d'inadmissibilité à la libération conditionnelle dans le cas de meurtres multiples.

La sécurité a été renforcée au palais de justice mercredi en prévision du prononcé de la sentence du juge en chef adjoint John Rooke. Les proches de victimes sont venus au rendez-vous en grand nombre.

La cour « répugnée »

Le juge John Rooke a expliqué que sa décision tient compte en premier lieu autant des familles et des amis des victimes que du public et les avocats des parties en cause.

L'accusé, les yeux fermés, avait l'air détaché pendant le prononcé de la sentence qui a duré plus de trois heures.

Le juge Rooke a expliqué que l'affaire Travis Baumgartner fait partie des crimes les plus horribles et sans aucune compassion auxquels il ait eu affaire.

John Rooke a ajouté que T. Baumgartner s'est comporté en paria de l'humanité, il a trahi la confiance de la communauté, ses crimes ont changé les vies des familles des victimes pour toujours, rien ne pourra les réparer.

Le juge a aussi relu des extraits des déclarations des victimes, dont le mari de Michelle Shegelski et de Matthew Schuman, l'unique survivant du drame.

Avant de prononcer sa sentence, il a souligné avoir retenu le plaidoyer de culpabilité comme une circonstance atténuante. Selon lui, cela allège un peu la douleur des familles pour un procès qui aurait facilement pris cinq ans.

De la faillite à la fusillade

Le jour de la tragédie, Travis Baumgartner, Eddie Rejano, Michelle Shegelski, Brian Ilesic et Matthew Schuman, tous employés de G4S, déposaient de l'argent dans un distributeur automatique de l'Université de l'Alberta, à Edmonton.

L'accusé a été arrêté quelques jours après la fusillade, alors qu'il tentait de traverser la frontière américaine à partir de la Colombie-Britannique. Il avait 300 000 $ en sa possession.

Dans une déclaration de faits lue en cour lundi, Travis Baumgartner a expliqué avoir perpétré la fusillade, car il avait des problèmes financiers.

En juin 2012, il avait en banque 26 cents contre une dette de 58 000 $.

La nuit du crime, il s'était disputé avec sa mère, avec qui il vivait à Sherwood Park, en banlieue est d'Edmonton, à cause de l'argent qu'il lui devait.

« Ne t'en fais pas. Je ne reviendrai pas à la maison. Alors, ne t'en fais pas. Tu auras ton argent », avait dit le jeune homme à sa mère, Sandra, selon la déclaration de faits.
Quelques heures plus tard, il était de retour à son travail.

Il a envoyé ensuite de nombreux messages à l'un de ses amis d'école secondaire, disant qu'il comptait voler de l'argent à son entreprise G4S. Ce n'était pas la première fois qu'il agissait ainsi.

Dans l'un des messages, il a écrit : « C'est la nuit où je le ferai ». Pensant que c'était encore une blague, comme d'habitude, l'ami n'a pas réagi.

Le drame

Cette nuit-là, Travis Baumgartner faisait partie d'une équipe de cinq employés qui sont entrés dans l'entrée sécurisée d'un distributeur automatique de la Banque TD au HUB de l'Université de l'Alberta.

Brian Ilesci et Matthew Schuman s'affairaient à déposer de l'argent dans la machine. Michelle Shegelski surveillait l'opération. Travis Baumgartner a dégainé son revolver de calibre 38 et s'est mis à tirer sur ses collègues.

L'homme a ensuite enfermé ses victimes dans l'entrée, rechargé son revolver et est sorti du HUB. Il s'est alors approché du véhicule blindé de G4S où Eddie Rejano attendait tous ses collègues. Eddie Rejano a reçu trois balles à la tête avant de s'effondrer.

Travis Baumgartner a alors pris le volant et est parti avec le véhicule.

Après son départ, des témoins ont appelé le 911 pour signaler l'incident. Des gardiens de sécurité de l'Université ont suivi la trace de sang jusqu'à l'endroit du drame. Matthew Schuman, enfermé dans le vestibule, était en train d'appeler à l'aide.

Les policiers ont dû travailler pendant quelque temps pour ouvrir la porte, libérer Schuman et extraire le cadavre de Michelle Shegelski et Illesic, tout en ignorant où se trouvait le tireur.

Le blessé a été transporté vers l'hôpital et a eu besoin de longs mois pour recouvrer la santé.

Quant à Travis Baumgartner, après avoir quitté la scène de crime, il a laissé le véhicule blindé de G4S à son lieu de travail, à côté de son propre véhicule.

Dans les enregistrements des caméras de surveillance, le tireur décharge des paquets d'argent pour les mettre dans son véhicule et ensuite repartir.

Avant de quitter Edmonton, l'homme s'est rendu à Sherwood Park pour remettre de l'argent à deux de ses amis et ensuite changer ses vêtements chez sa mère, en lui laissant un paquet d'argent sur la table de cuisine.

Travis Baumgartner a installé la plaque d'immatriculation du véhicule de sa mère à son propre véhicule et a roulé vers l'ouest du pays. Il s'est départi de son revolver et de son gilet de sécurité quelque part près de Banff.

Il a été arrêté quelques jours plus tard à la frontière de la Colombie-Britannique avec les États-Unis.


PLUS:rc