NOUVELLES

Oléoduc : des retombées importantes anticipées pour le Québec

10/09/2013 12:48 EDT | Actualisé 10/11/2013 05:12 EST

Une étude de la firme Deloitte et Touche révèle que le Québec obtiendrait les plus grands bénéfices dans la réalisation du projet d'oléoduc de TransCanada.

Ce document rendu public mardi tient compte du nombre d'emplois créés ainsi que des retombées fiscales anticipées.

Ainsi, selon l'étude de Deloitte et Touche, plus de 800 emplois seraient créés au Québec pendant la phase de conception et près de 2800 durant la construction pour un total de 3600 emplois directs d'ici 2018.

C'est plus du tiers des 10 000 emplois directs qui seraient créés au pays.

Le Québec arrive aussi au premier rang pour chacune de ces étapes quant aux retombées sur le produit intérieur brut estimées à plus de 3 milliards de dollars. Les recettes fiscales sont aussi évaluées à un milliard de dollars.

Par contre, toujours selon cette étude, les retombées sont plus grandes en Alberta et en Ontario pour l'exploitation de l'oléoduc.

Cette étude n'inclut pas les bénéfices éventuels liés au fait que les raffineries québécoises auront accès à du pétrole brut moins cher que celui qui provient de l'étranger.

L'inquiétude persiste

Malgré ces retombées anticipées, la construction de l'oléoduc de TransCanada inquiète la population où passeront les installations de la compagnie.

À Cap-Santé à l'ouest de Québec, une centaine d'agriculteurs et de producteurs forestiers se sont réunis, vendredi, pour faire le point et partager leurs craintes face à ce projet.

« Qui veut avoir un tuyau où passent 1 million de barils d pétrole par jour dans sa cour, qui veut ça là ? Les inquiétudes sont normales et elles suscitent des questions au plan environnemental qui sont extrêmement importantes et économiques aussi », soutient le conseiller municipal, Michel Bertrand.

Toujours dans Portneuf, des environnementalistes déplorent également que l'on mette de côté des enjeux de société majeurs pour le futur.

Mélanie Gagné affirme qu'elle n'a pas l'impression de recevoir toutes les informations voulues. « Ce qui m'inquiète dans ce projet-là c'est surtout que ça ne va pas dans la direction de la réduction de notre dépendance au pétrole », dit-elle.

PLUS:rc