BIEN-ÊTRE

Quand la grosseur des testicules influe sur le comportement paternel (ÉTUDE)

10/09/2013 04:49 EDT | Actualisé 10/09/2013 04:49 EDT
Getty
A little boy brushing his teeth while sitting on his dad's lap

Des hommes avec de plus petits testicules sont plus paternels, attentifs et engagés dans les soins de leurs enfants en bas âge que ceux dotés de gonades plus grosses, affirment des anthropologues américains

La chercheuse Jennifer Mascaro et ses collègues de l'Université Emory ont voulu étudier la possibilité de l'existence de déterminations biologiques dans l'instinct paternel, alors que de nombreux facteurs économiques, sociaux et culturels sont reconnus pour influencer le degré d'engagement du père dans l'éducation de ses enfants.

Le saviez-vous?

D'autres travaux ont montré par le passé que des hommes avec des niveaux bas de testostérone étaient plus paternels, et que ceux avec des teneurs élevées de cette hormone mâle divorçaient plus ou se livraient à la polygamie.

La présente étude laisse à penser que la biologie du mâle humain reflète un compromis entre l'énergie mobilisée pour la reproduction et celle consacrée à élever sa progéniture.

« Notre étude est la première à se pencher sur le fait de savoir si l'anatomie humaine et les fonctions du cerveau peuvent expliquer cette variation de l'instinct paternel chez les hommes. » — Jennifer Mascaro

Elle a porté sur 70 pères biologiques de 21 à 55 ans qui avaient un enfant âgé de un à deux ans et vivaient avec la mère.

Le couple a été soumis séparément à une série de questions sur l'engagement du père dans les soins de son enfant, comme changer les couches, le nourrir et lui donner un bain.

De plus, les chercheurs ont déterminé les niveaux de testostérone des participants et leur ont fait subir une IRM pour mesurer leur activité cérébrale quand ils regardaient des photos de leur propre enfant.

Le volume de leurs testicules a été mesuré à l'aide d'une IRM.

Constat : les niveaux de testostérone et la taille des testicules étaient inversement proportionnels à l'engagement paternel dans les soins de l'enfant indiqué dans les réponses au questionnaire.

Il a aussi été observé par IRM que les pères avec les plus petits testicules avaient une activité plus intense dans la partie du cerveau liée au plaisir et à la motivation parentale quand ils regardaient des photos de leur enfant.

Un bémol

Les auteurs concèdent que, même si elle est statistiquement significative, la corrélation entre la taille des testicules et l'instinct paternel n'est pas parfaite.

« Le fait que des hommes soient bâtis différemment ne veut pas pour autant dire qu'ils ne veulent pas être des pères attentifs, mais que cela pourrait être (biologiquement) plus difficile pour eux.[...] Mais le fait d'avoir des gros testicules ne peut pas être une excuse pour être un père distant. » — James Rillings

Une autre explication possible réside dans le fait qu'un engagement accru des hommes dans les soins des enfants peut entraîner un rétrécissement de leurs testicules. Ainsi, l'influence de l'environnement peut entraîner des modifications biologiques comme, par exemple, une baisse des niveaux de testostérones avec la paternité.

Le Pr Joseph Alukal de l'Université de New York, qui n'a pas participé à la recherche, affirme que cette étude est trop petite pour que ses résultats puissent être généralisés.

INOLTRE SU HUFFPOST

5 choses que tout père devrait apprendre à ses fils