NOUVELLES

Duffy, d'un extrême à l'autre

08/09/2013 12:43 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST

Philip-Michaël Devos, Yannick Riendeau, François Bouchard... Quand on regarde quelques-uns des meilleurs marqueurs de la LHJMQ ces dernières années, on réalise vite qu'il y a loin de la coupe aux lèvres pour Ben Duffy.

Ce Duffy change d'univers de façon brutale en ce mois de septembre. De champion marqueur du circuit Courteau l'an passé (39 buts, 71 passes, 110 points en 68 matchs), le voilà au camp des recrues du Canadien, avec en main un contrat à deux volets : Ligue américaine et ECHL. Au mieux, il peut donc espérer se tailler un poste avec les Bulldogs de Hamilton.

N'empêche, Duffy a dû faire de bonnes choses au dernier camp de développement du CH, en juillet, puisqu'il y était arrivé sans contrat, et a signé une entente quelques jours plus tard.

« Je ne savais pas à quoi m'attendre, admet le Néo-Écossais de 21 ans. Je crois qu'on était 60 au camp, je savais que ce serait dur d'obtenir un contrat. Que je l'aie obtenu en dit long sur mon niveau de jeu.

« J'ai commencé lentement, mais je me suis amélioré de jour en jour et j'ai fini en marquant un tour du chapeau lors du match intra-équipe. Je crois avoir attiré leur attention. Je dois maintenant me prouver. »

« Il l'a mérité, a mentionné le directeur général du Canadien, Marc Bergevin. Il nous apporte du talent et des habiletés. Il répond à un besoin à Hamilton. »

Avec ce contrat, Duffy a donc dû tourner le dos à l'Université du Nouveau-Brunswick, avec qui il s'était engagé pour la suite de sa carrière.

La suite

Duffy le reconnaît lui-même : il devra manger des croûtes - au sens littéral - s'il souhaite percer dans les rangs professionnels. À 81 kg (177 lb), il doit devenir plus costaud.

« Je dois continuer à grossir, gagner en puissance dans mes jambes. J'ai assez d'habiletés pour être à Hamilton, donc c'est mon objectif pour cette saison. »

Seulement deux des sept derniers champions marqueurs de la LHJMQ sont aujourd'hui dans la LNH : Sean Couturier (2010) et Mathieu Perreault (2008). Le titre revient souvent à des joueurs de 20 ans qui devancent souvent des patineurs plus talentueux, forcés de rater une partie de la saison en raison du mondial junior. Duffy ne s'y arrête pas et rêve tout de même à la LNH.

« Si je continue à travailler fort, j'espère me tailler une place à Hamilton. Tu dois commencer quelque part. Si je connais une bonne saison, j'espère avoir une chance de jouer à Montréal un jour. »

PLUS:rc