NOUVELLES

Des militants échangent un baiser devant le consulat russe pour dénoncer Moscou

08/09/2013 07:45 EDT | Actualisé 08/11/2013 05:12 EST
Agence QMI

MONTRÉAL - Ils ont échangé un baiser, puis ont applaudi à tout rompre.

Plusieurs dizaines de personnes se sont réunies devant le consulat russe à Montréal, dimanche, pour manifester, baisers à l'appui, contre la nouvelle loi anti-gai de la Russie. Selon les organisateurs, des militants ont pris part à l'événement dans plus de 50 villes à travers le monde, dont Berlin, Le Cap et Tokyo. Au Canada, des manifestations semblables ont eu lieu à Toronto et Vancouver.

La controversée loi russe interdit toute promotion de relations sexuelles «non-traditionnelles» et prévoit des amendes contre les organisateurs de rassemblements pro-gai. Le Kremlin n'a démontré aucune volonté de modifier sa loi malgré la pression exercée par la communauté internationale à quelques mois des Jeux olympiques de Sotchi.

Christian Généreux, l'un des organisateurs de l'événement de dimanche, s'est tout de même dit confiant que le maintien de cette pression forcerait la Russie à agir.

Il a ajouté qu'il souhaiterait, malgré les sorties du premier ministre Stephen Harper et du ministre des Affaires étrangères John Baird, que le Canada adopte une position plus prononcée contre la nouvelle loi russe.

M. Harper a déclaré que les Canadiens s'attendaient à ce que son gouvernement défende les droits de la personne. Il a ajouté, le mois dernier, que le Canada n'était pas un endroit où l'on emprisonnait et tuait des gens à cause de leurs croyances politiques ou parce qu'ils avaient eu certains rapports avec des adultes consentants.

«Nous sommes des personnes tout à fait normales et tout ce que nous demandons, c'est que le gouvernement canadien agisse là-dessus», a affirmé M. Généreux.

Kat Coric, qui a elle aussi contribué à organiser l'événement de dimanche, a souligné qu'un baiser était une magnifique démonstration d'amour et que cela allait exactement à l'encontre de ce qui se passait en Russie.

«C'est difficile de dire si cela va changer quelque chose mais il est quand même préférable de faire quelque chose que de ne rien faire», a-t-elle lancé.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Les pays qui ont dit oui