NOUVELLES

Sask. : des sociétés d'État embauchent des employés étrangers temporaires

06/09/2013 09:16 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

Plusieurs sociétés d'État de la Saskatchewan utilisent le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) pour pourvoir des emplois non spécialisés dans la province, selon des documents obtenus par Radio-Canada.

Parmi celles-ci figurent SaskTel et SaskPower. La Ville de Regina, l'Université de la Saskatchewan, le Service correctionnel du Canada et plusieurs autorités régionales de la santé ont également demandé la permission d'embaucher du personnel par le biais de ce programme controversé.

Le PTET permet aux entreprises d'avoir recours à de la main-d'œuvre étrangère pendant 24 mois, mais seulement si elles n'arrivent pas à trouver des citoyens canadiens ou des résidents permanents qualifiés pour pourvoir les postes.

La pratique avait soulevé un tollé en avril 2013 lorsqu'il avait été révélé qu'un contractant extérieur utilisé par la Banque Royale du Canada (RBC) avait transféré en sous-traitance des dizaines d'emplois qui devaient être occupés par des travailleurs à Toronto.

La Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan a confirmé avoir recours au PTET.

« [Un travailleur] a été embauché au service à la clientèle dans notre magasin d'alcool, explique Stéphanie Choma, une porte-parole de la régie. Ce sont eux qui approvisionnent les rayons et aident les clients ».

Critiques de l'opposition

Le recours à ce programme fédéral est cependant dénoncé par le président de la Fédération du travail de la province, Larry Hubich.

« Il n'existe pas d'autres travailleurs en Saskatchewan pour faire ce travail? », déplore-t-il.

Son inquiétude est partagée par le député Trent Wotherspoon du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD) qui se demande pourquoi ces opportunités professionnelles ne sont pas proposées aux résidents de la province.

Des mesures fédérales

Le Parti saskatchewanais et le ministère fédéral de l'Emploi et Développement social Canada n'ont pas donné suite aux demandes d'entrevues de Radio-Canada.

En avril, le premier ministre Stephen Harper avait cependant reconnu que le Programme des travailleurs étrangers temporaires avait besoin d'être amélioré et il avait lancé une enquête au sujet de la sous-traitance des emplois liés à la Banque Royale du Canada (RBC).

Des mesures sont entrées en vigueur en juillet pour améliorer le programme, dont l'imposition de frais d'utilisation pour les permis de travail et l'augmentation du pouvoir fédéral de suspendre ces permis.

Les employeurs qui embauchent des travailleurs étrangers temporaires doivent également se doter d'un plan pour passer à un effectif canadien.

Ne manquez pas le reportage de Guillaume Dumont lundi à 18 h au Téléjournal de la Saskatchewan

PLUS:rc