NOUVELLES

Neuf prêtres visés par un recours collectif

06/09/2013 06:43 EDT | Actualisé 06/11/2013 05:12 EST

Le procès en recours collectif contre Les Rédemptoristes, le Séminaire Saint-Alphonse de Saint-Anne-de-Beaupré et le père Raymond-Marie Lavoie s'ouvre à Québec.

Il s'agit du premier recours collectif pour l'indemnisation de victimes de prêtres qui est entendu par un juge au Québec.

La cinquantaine de personnes inscrites réclame 100 000 $ en dommages punitifs et exemplaires, avec intérêts, pour chacune d'elle.

Le recours vise neuf prêtres qui auraient commis des agressions sexuelles sur des élèves du Séminaire entre 1960 et 1987.

Le principal intimé, Raymond-Marie Lavoie, purge une peine d'emprisonnement de cinq ans pour l'agression de 13 adolescents alors qu'il était surveillant du dortoir.

Visite des lieux

Avant d'entendre les premiers témoins au palais de justice de Québec, le procès s'amorcera avec une visite du Séminaire Saint-Alphonse, là où se sont déroulées les agressions.

Le juge Claude Bouchard qui préside le procès, les avocats et quelques victimes, dont Frank Tremblay, l'initiateur du recours collectif, se rendront sur place en avant-midi.

Ce genre d'initiative est rare dans le cadre d'un processus judiciaire, mais elle a été jugée nécessaire dans ce cas pour comprendre ce qui s'est passé.

« Il faut comprendre que le Séminaire Saint-Alphonse est relié à la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré. Il y a un corridor qui mène d'un endroit à l'autre et il y a un autre corridor qui mène à un troisième bâtiment qui se trouve à être le dortoir des prêtres », explique Carlo Tarini, de l'Association des victimes de prêtres. « Pour mieux comprendre le cheminement, les abus, où ils ont eu lieu, il y aura une visite des lieux. »

En plus de Raymond-Marie Lavoie, un autre des neuf prêtres mentionnés dans le recours collectif, Jean-Claude Bergeron, a été accusé au criminel.

Le septuagénaire fait face à des accusations de délits sexuels sur sept anciens élèves du Séminaire. Son procès est prévu en novembre prochain.

Les autres religieux visés dans le recours collectif sont Guy Pilote, ancien recteur de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, François Plourde, ancien directeur de l'école, et les pères Xiste Langevin, Hervé Blanchette, Alexis Trépanier, Léon Roy, Lucien de Blois. Plusieurs d'entre eux sont décédés.

Le procès doit durer 20 jours. Dix-sept victimes alléguées seront appelées à la barre.

La requête en autorisation d'intenter ce recours collectif a été accueillie par le juge Claude Bouchard, en novembre 2010.

PLUS:rc